/sports/hockey
Navigation

COVID-19 et commotions: même combat pour Simon Gagné

Simon Gagné
Photo d'archives, SIMON CLARK Simon Gagné

Coup d'oeil sur cet article

Ayant vu sa carrière être perturbée par de nombreuses commotions cérébrales, le Québécois Simon Gagné a comparé l’actuel congé forcé dans la Ligue nationale de hockey (LNH) à l’un de ces traumatismes.

«Tout le monde devra recommencer à zéro, a-t-il dit au quotidien The Intelligencer, lundi. J’ai eu quelques commotions dans ma carrière et je vois presque la situation comme une commotion. Vous ne savez jamais quand vous pourrez jouer. Un jour, vous allez vous réveiller sans maux de tête... ou recommencer à jouer.»

«Vous y allez une étape à la fois. C’est bizarre parce que je vois les choses de cette façon quand j’ai une commotion. Vous ne pouvez pas vraiment vous entraîner aussi fort qu’à l’habitude. Ce sera spécial [s’il y a un retour]. La bonne chose, c’est que tout le monde est dans le même bateau. Tout le monde s’entraîne de la même manière.»

Confiné au Québec avec sa famille, Gagné voit toutefois mal comment les athlètes pourraient jouer au hockey sans risquer de propager la COVID-19.

«Moi, personnellement, c'est difficile parce qu'en ce moment, ici au Québec, l'objectif était presque de nous effrayer autant que possible pour nous faire comprendre que c'est vraiment sérieux ce qui se passe.»

«[On nous dit que] c’est dangereux et après que vous avez des gars qui vont sur la glace pour jouer et pour se frapper les uns les autres. C’est dur de croire que le hockey sera de retour quand on nous demande de rester à [deux mètres] de distance. Vous demandez aux joueurs de hockey de se frapper et de se bagarrer pour la rondelle.»

Malgré tout, Gagné a parlé à plusieurs joueurs encore actifs et il a avancé qu’ils sont tous prêts à jouer le reste de la campagne. Advenant un retour, il croit que les joueurs auront besoin de quelques semaines pour retrouver la forme. Mais il s’est questionné sur la motivation des joueurs si les partisans ne sont pas dans les estrades.

«Si nous jouons, ce ne sera devant personne. C’est autre chose. Les partisans sont importants. Vous voulez qu'ils vous donnent de l'énergie. Ils aident quand vous êtes fatigués en troisième période. Ils vous donnent un coup de pouce pour vous replier.»