/world
Navigation

«L’échec» de l’OMS face à la pandémie a coûté de «nombreuses vies»

«L’échec» de l’OMS face à la pandémie a coûté de «nombreuses vies»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

GENÈVE | L’«échec» de l’Organisation mondiale de la santé face à la pandémie de Covid-19 a coûté de «nombreuses vies», a affirmé lundi le secrétaire américain à la Santé, Alex Azar, au premier jour de l’assemblée annuelle de l’organisation.  

• À lire aussi: Tous les derniers développements de la pandémie de coronavirus  

• À lire aussi: Une enquête indépendante sur la réponse à la pandémie sera lancée «au moment approprié»  

«Soyons francs quant à l’une des principales raisons ayant fait que l’épidémie a échappé à notre contrôle: cette organisation a échoué à obtenir les informations dont le monde avait besoin et son échec a coûté de nombreuses vies humaines», a-t-il déclaré. 

«Le fonctionnement de l’OMS doit être transparent et nous appuyons un examen indépendant de chaque aspect de la riposte de l’OMS à la pandémie», a-t-il également dit. 

Washington, qui accuse Pékin d’avoir dissimulé l’ampleur de l’épidémie, estime que l’OMS s’est «plantée» dans la gestion de la pandémie en s’alignant sur la position chinoise. Les États-Unis ont dans la foulée suspendu la contribution américaine à l’OMS. 

L’OMS, dont une des principales missions est de coordonner les situations d’urgence sanitaire, est aussi accusée par les États-Unis d’avoir négligé une alerte précoce venue de Taïwan sur la gravité du coronavirus apparu fin décembre en Chine - ce que dément l’agence onusienne. 

«Dans une tentative apparente de dissimuler l’épidémie, l’un des membres au moins (de l’OMS, NDLR) a manqué à ses obligations de transparence et ceci a coûté très cher au monde entier», a relevé M. Azar, sans toutefois nommer la Chine. 

«Nous constatons que l’OMS a échoué dans sa mission fondamentale de partage des informations et de transparence lorsque des États membres n’agissent pas en toute bonne foi. Cela ne doit jamais se répéter. Ce statu quo est intolérable», a souligné le haut responsable américain. 

«L’OMS doit changer, l’OMS doit devenir bien plus transparente, et rendre davantage de comptes», a-t-il insisté. 

Ces nouvelles critiques américaines interviennent alors qu’un certain nombre de pays espèrent approuver à l’Assemblée mondiale de la santé une résolution portée par l’Union européenne demandant de lancer «au plus tôt (...) un processus d’évaluation» pour examiner la riposte sanitaire internationale et les mesures prises par l’OMS.