/24m
Navigation

Confinement: plus de maux de dos à cause du télétravail

Coup d'oeil sur cet article

Depuis que le télétravail s’est répandu à cause du confinement, des physiothérapeutes observent une augmentation importante des consultations pour des problèmes liés à cette manière de travailler.  

• À lire aussi: Les risques de s’entraîner à domicile  

• À lire aussi: La télémédecine à la rescousse des patients  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

«La plupart des gens ont migré vers le télétravail pour leur pratique professionnelle, donc ils sont assis devant leur ordinateur, sur des postes de travail qui ne sont certainement pas ajustés pour la très grande majorité», a expliqué Mickaël Vachon, physiothérapeute chez PhysioExtra.       

«Les gens mettent par exemple leur laptop sur leur table de cuisine avec un éclairage qui n’est pas super bon, une chaise qui n’est pas à la bonne hauteur, un bureau qui n’est pas bien placé», poursuit celui qui voit de plus en plus de cas de douleur au dos ou au cou.       

Le constat est le même pour Samuel Harvey-Vaillancourt, physiothérapeute chez Clinique Active.       

• À lire aussi: Québec pourrait atteindre sa cible de réduction des GES 

• À lire aussi: Des temps de déplacement de rêve 

«Ce sont toutes des blessures que l’on voyait auparavant, mais en moins grande intensité: les maux de cou principalement, tout ce qui est lié aux problématiques cervicales et qui peut découler de mauvaises postures de travail», a-t-il soutenu.       

Malgré le confinement et les mesures de distanciation sociale, les physiothérapeutes du Québec peuvent continuer à traiter des patients en téléconsultation. Les cas considérés comme urgents peuvent être traités en personne.       

Facile à traiter  

«Heureusement, ce sont des problématiques qui sont super faciles à traiter, a soutenu Mickaël Vachon. Quelqu’un qui va appliquer les recommandations que l’on va donner va être capable en deux, trois ou quatre séances d’apporter des modifications nécessaires à son poste de travail, à un très faible coût. Un dictionnaire ou un bottin de téléphone [pour rehausser son écran] et un clavier, ça peut parfois faire la job bien comme il faut.»       

Un mode de vie moins actif peut également contribuer à faire réapparaître certains problèmes que l’on croyait guéris.       

«Avant, les gens pouvaient prendre une marche quotidienne pour se rendre au travail, mais là, le fait qu’ils bougent moins, qu’ils sont moins actifs, ça fait en sorte qu’il y a des tensions musculaires qui reviennent, des problèmes de mobilité qui vont ressortir un peu plus. Et il y a beaucoup de gens qui ont appelé pour des problèmes lombaires, parfois aigus, des problèmes qui revenaient parfois de manière assez drastique», a illustré le physiothérapeute.       

Bref, il faut trouver des manières de rester actif malgré la sédentarité provoquée par la pandémie, a-t-il insisté.       

«L’idée, c’est de ramener les gens vers un certain équilibre, a suggéré Mickaël Vachon. Quand tu es au travail normalement, tu vas te lever, aller parler avec un collègue... Il va quand même y avoir un peu de mouvement. Là, les gens sont vraiment assis. C’est pour ça que l’on suggère vraiment fortement que, toutes les 30 minutes, il faut se trouver une raison pour se lever, ne serait-ce que pour aller se chercher un verre d’eau, pour marcher un peu.»       

Des coureurs débutants consultent      

Il n’y a pas que la sédentarité qui pousse les gens à consulter un physiothérapeute en cette période de confinement.   

Si la course à pied semble faire de plus en plus d’adeptes dans la métropole, les douleurs que ce sport peut engendrer sont bien réelles pour qui s’y lancerait sans préparation adéquate.       

«Personnellement, j’ai eu beaucoup de consultations en course à pied», a indiqué Raphaël Kelly, physiothérapeute chez Action Sport Physio. «C’est sûr qu’avec le printemps qui arrive, j’en ai habituellement beaucoup, mais en ce moment, j’ai beaucoup de débutants. Il y a plusieurs personnes qui ont appelé pour nous indiquer qu’ils commençaient à avoir mal aux genoux ou à une cheville.»       

Encore une fois, ici, la téléconsultation peut se révéler très efficace pour contrer ces douleurs provoquées par la pratique de ce sport d'endurance.       

«Pour ces personnes-là, c’était facile en vidéoconférence, je leur proposais quelques conseils, sur les façons de bien débuter en course à pied, j’ai fait une vidéo, qu’on a mise sur nos réseaux sociaux, qui donne de l’information à ce sujet-là», a fait savoir Raphaël Kelly.