/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Rejeté d’une étude parce qu’il est gai

Un acteur montréalais rétabli de la COVID-19 n’a pas pu donner du plasma sanguin à Héma-Québec

Adam Capriolo rejeté par une étude
Photo courtoisie, Matt Rogers L’acteur Adam Capriolo est déçu d’avoir été mis de côté à cause de son orientation sexuelle pour une étude à laquelle participe Héma-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme écarté d’une étude sur un traitement contre la COVID-19 à cause de son orientation sexuelle aurait cru qu’en pleine pandémie, son homosexualité n’aurait pas posé problème.  

« J’ai cru que la situation était tellement sans précédent que ça ne compterait pas », relate Adam Capriolo.   

Le Montréalais de 27 ans a contracté la COVID-19 fin mars, et l’a vécue comme une bonne grippe, avec fièvre et frissons, sans plus.   

L’acteur s’est porté volontaire pour une étude à laquelle participe Héma-Québec, qui doit recueillir du plasma de patients guéris.  

Il a soumis sa candidature en ligne il y a environ deux semaines, et a reçu un appel mardi dernier.   

« Au bout d’environ trois questions, ils m’ont demandé si j’avais eu des relations homosexuelles dans les trois derniers mois. J’ai dit oui. Ils m’ont immédiatement disqualifié », déplore M. Capriolo.   

Il connaissait les politiques d’Héma-Québec pour les dons de sang, qui éliminent les hommes ayant eu des relations sexuelles avec d’autres hommes dans les trois derniers mois, mais ne s’était pas arrêté à ça.   

« C’est frustrant de savoir que quelqu’un rejette l’aide de quelqu’un d’autre à cause d’une politique que je considère datée et dépassée », regrette-t-il.   

M. Capriolo a lancé une pétition pour qu’Héma-­Québec ajuste ses façons de faire. Plus de 1700 personnes l’ont signée la dernière semaine.   

« Peut-être que si ce n’était pas sur l’orientation sexuelle, mais plutôt sur le sexe avec pénétration non protégée, ce serait plus égalitaire », lance-t-il.   

Le vice-président aux affaires médicales et innovation pour Héma-Québec, Marc Germain, affirme que malheureusement, les homosexuels constituent la population la plus à risque d’avoir le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).   

Période muette  

Par ailleurs, même si tous les dons sont testés, il y a toujours une phase au début d’une infection où le test ne peut pas la détecter.   

« Et si cette personne-là donne son sang pendant cette période, elle est à risque de transmettre le VIH, alors que le test est négatif », explique le Dr Germain.   

Il consent que le même problème se pose pour les hétérosexuels, mais affirme que le taux de risque est marginal auprès de cette population, soit environ une chance sur 30 millions.    

Le Dr Germain souligne qu’une douzaine d’études sont en cours au pays pour éventuellement assouplir les critères envers les hommes gais qui ont, par exemple, une relation stable.  

« S’ils nous disent que la science exige ça, on va continuer comme ça, mais on va avoir besoin de preuves », a dit la directrice générale du Conseil québécois LGBT, Marie-Pier Boisvert.  

L’étude pancanadienne    

  • Vise à déterminer si les anticorps contenus dans le plasma (une composante du sang) des patients rétablis de la COVID-19 peuvent contribuer à limiter les complications chez les malades hospitalisés et en besoin d’oxygène supplémentaire.   
  • Un premier patient a reçu une transfusion de plasma d’une personne guérie, jeudi, au CHU Sainte-Justine.  
  • 1200 participants.   
  • Des experts indépendants évalueront les premiers résultats cet été.     

Source : Santé Canada

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.