/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

[EN IMAGES] Incursion dans un autobus de dépistage à Montréal

Les cinq véhicules transformés parcourent les rues de la ville pour permettre aux citoyens de subir des tests

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Cinq autobus de la Société de transport de Montréal ont été transformés en cliniques de dépistages mobiles. Le Journal a eu la chance d’en visiter un mardi.

Coup d'oeil sur cet article

La santé publique de la métropole a nolisé cinq autobus de la Société de transport de Montréal, depuis le 6 mai, pour les transformer en cliniques de dépistage mobiles de la COVID-19 qui sillonnent les rues de la ville.   

• À lire aussi: Comment une résidence s’est débarrassée du virus 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

Une soixantaine d’employés montent à bord de ces véhicules chaque jour : ils ne savent pas où et avec qui ils travailleront, mais ils savent qu’ils auront du pain sur la planche. Chaque clinique peut effectuer jusqu’à 250 dépistages quotidiennement.   

En date de mardi après-midi, 22 317 cas et 2323 décès liés à la COVID-19 avaient été recensés à Montréal.  

Le Journal est monté à bord d’un de ces autobus qui s’est arrêté au Centre du Plateau sur le boulevard Saint-Joseph, mardi.  

Les étapes à suivre  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

1. À notre arrivée, une dizaine de personnes attendaient déjà de subir un test. C’est la course contre la montre pour que tout soit en place à 10 h. Les employés se préparent à accueillir les premiers patients à qui on remet des masques.  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

2. Une intervenante psychosociale sonde les personnes qui attendent. « Il y a parfois des gens qui ont perdu un proche dans la dernière semaine ou encore qui n’ont parlé à personne depuis deux mois », explique Marie-Noël Dion. Elle s’assure d’adresser ceux qui en ont besoin aux ressources locales appropriées.  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

3. Le patient doit sortir sa carte d’assurance maladie. On lui demande s’il a été en contact avec une personne infectée ou s’il a des symptômes de la COVID-19. Lors du passage du Journal, mardi, seulement les gens qui avaient été directement en contact avec une personne atteinte ou ceux qui présentaient des symptômes étaient testés. « Les critères peuvent changer d’heure en heure. Il faut vérifier sur le site web de la santé publique avant. Ce qui est dit en point de presse, ce n’est pas toujours exactement ce qu’on fait sur le terrain », insiste le chef d’équipe d’une des cliniques mobiles, Réjean Savard.  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

4. Le patient peut ensuite entrer dans le bus par la porte principale. Une infirmière, ici Magali Demuy, assise sur le siège conducteur, procède à son inscription et l’achemine à l’un des trois postes de dépistage à l’arrière du véhicule.  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

5. L’un des trois « préleveurs » insère un coton-tige dans le nez et dans la bouche du patient. Sur la photo, Di Sun est bien protégée pour effectuer les prélèvements.  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

6. Une fois le test effectué, un aide- infirmier recueille les prélèvements et les place dans un sac. Quelques vérifications finales sont effectuées et les tests sont acheminés aux laboratoires dans des glacières.  

CLINIQUE-DE-DEPISTAGE-MOBILE
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

7. Le patient sort par la porte arrière. Le processus à l’intérieur de l’autobus a duré moins de cinq minutes, comme ce fut le cas pour Nouha Dahahri.  

Où sont-elles ?  

Les cliniques de dépistage mobiles reviennent au même endroit durant quelques jours consécutifs. La santé publique de Montréal détermine où elles seront déployées une à deux semaines à l’avance.  

Cette semaine, les cliniques sont :   

  • Station de métro Parc, Parc-Extension (mercredi et jeudi)  
  • Centre du Plateau (mercredi et jeudi)  
  • Piscine Pierre-Lorange/bibliothèque Hochelaga (mercredi)  
  • La mairie d’arrondissement de Montréal-Nord (mercredi et jeudi)  
  • École Saint-Paul-de-la-Croix, Ahuntsic- Cartierville (mercredi et jeudi)  
  • Centre sportif Dollard-Saint-Laurent, LaSalle (mercredi)  
  • Parc Coolbrooke, Dollard-Des Ormeaux (jusqu’à vendredi)    

Ouvertes entre 10 et 16 h.  

Pour savoir quelle clinique est la plus près de chez vous, visitez : santemontreal.qc.ca/population/coronavirus-covid-19/

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.