/24m/city
Navigation

Stationnement à Outremont : un moratoire partiel est suggéré

Coup d'oeil sur cet article

L'arrondissement montréalais d'Outremont devrait revoir son controversé règlement de stationnement payant, selon les recommandations émises à la suite d'une consultation publique.

L'agence Convercité recommande un moratoire partiel sur le règlement qui rend le stationnement payant dans l'ensemble des rues de l'arrondissement au-delà des deux premières heures depuis l'hiver dernier.

Durant ce moratoire partiel, un certain nombre de places non tarifées devraient être réinstaurées temporairement.

L'agence recommande aussi de mettre sur pied un comité consultatif qui pourrait commander des études et mener un projet pilote si nécessaire, puis réviser le règlement.

Cela dit, un moratoire complet sur la tarification du stationnement n’est pas une bonne idée, d’après le rapport de consultation. Cela «enverrait le signal que le stationnement devient gratuit partout à Outremont, ce qui provoquerait, entre autres, une réaction encore plus forte lors du retour de toute forme de tarification».

Le maire d’Outremont Philipe Tomlinson s’est engagé mardi matin à donner répondre rapidement, dans les prochaines semaines, aux recommandations.

Décision unilatérale

L’agence Convercité avait été mandatée par l’arrondissement après qu’une pétition citoyenne eut récolté assez de signatures pour forcer la tenue d’une consultation publique cet hiver.

Plusieurs reprochaient au maire Tomlinson, d’avoir imposé sa politique de stationnement sans consulter la population préalablement. Elle avait été annoncée au printemps 2019, puis adoptée l’été dans un climat de confrontation.

Le maire, issu des rangs de Projet Montréal, a souvent évoqué l’importance de la transition écologique pour justifier cette nouvelle politique. Comme le constate Convercité, ce ne sont pas les valeurs écologiques qui posaient problème, mais plutôt l’application précipitée des nouvelles règles.

«Bien que certains y retrouvent des aspects positifs et sont en accord sur le fond avec la politique, c’est sur le comment elle a été appliquée que la grogne est généralisée», indique le rapport dévoilé mardi. «Le principal reproche demeure l’absence de consultation menée en amont au développement et à la mise en œuvre de la nouvelle politique, et son application rapide.»

M. Tomlinson convient avoir agi rapidement, tout en réitérant son engagement envers une transition verte.

«Le règlement n'est pas parfait, c'est aussi vrai, mais les bases de cette nouvelle approche vers la transition écologique du transport automobile individuel sont désormais inscrites», a dit le maire, qui souhaite également «améliorer les processus consultatifs».

Déception

Marc Poulin, instigateur de la pétition, est à la fois déçu des recommandations, qui sont trop vagues selon lui, et de la réaction de l’administration Tomlinson, qui n’a pas annoncé mardi des mesures concrètes pour y donner suite.

«On reporte ça à plus tard», soupire M. Poulin. «La seule chose qui modifie le statu quo c’est de rajouter un certain nombre de places gratuites» durant le moratoire partiel. Il demande une priorité aux résidents pour les places de stationnement.