/24m/city
Navigation

Une subvention de plus de 630 000 $ à une œuvre d’art à Montréal suscite des critiques

Une subvention de plus de 630 000 $ à une œuvre d’art à Montréal suscite des critiques
COURTOISIE VILLE DE MONTRÉAL

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Malgré la pandémie qui plombe ses finances, la Ville de Montréal a octroyé une subvention de plus de 630 000 $ pour la conception d’une œuvre d’art publique, a vivement dénoncée la Fédération canadienne des contribuables mardi.

«La Ville de Montréal multiplie les demandes de fonds à tous les paliers de gouvernement ces temps-ci. La moindre des choses serait de suspendre les dépenses non essentielles jusqu’à ce que la crise soit passée», a clamé le directeur québécois de la fédération, Renaud Brossard, par communiqué.

Créé par le sculpteur montréalais Michel de Brouin, l’œuvre en question, intitulée «Sporophores», sera constitué d'une douzaine de sculptures de bronze abstraites d'environ 1,7 mètre de haut qui seront installées le long d'une artère piétonnière qui relie les avenues Outremont et de l’Épée, en plein cœur du campus MIL de l’Université Montréal actuellement en construction.

«Les sculptures, à la fois industrielles, mécaniques et organiques, s'apparentent aux infrastructures souterraines de la ville [...] L'oeuvre constitue également une métaphore des collaborations scientifiques à venir dans le nouveau complexe des sciences de l'UDM», est-il expliqué dans les documents de la Ville.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Renaud Brossard à QUB radio: 

 

Plus de 632 000 $ et des poussières ont été alloués au projet le 15 mai dernier lors de la rencontre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Pourtant, la mairesse Valérie Plante multiplie les demandes d’aide financière à Québec et à Ottawa depuis le début de la pandémie, a exposé la Fédération canadienne des contribuables.

«Avant d’aller quêter l’argent des contribuables québécois et canadiens, la Ville de Montréal doit démontrer qu’elle prend sa situation financière au sérieux. En s’achetant un bidule à 600 000 $, l’administration Plante-Dorais n’envoie pas le bon signal», a critiqué Renaud Brossard.

Un projet qui date

Le cabinet de la mairesse Plante a réagi en affirmant que le processus était déjà enclenché depuis longtemps. «C’est un concours qui a été organisé avant la pandémie. Le lauréat a été avisé de sa sélection il y a plus d’un an. Nous honorons donc simplement nos engagements, a affirmé l’attachée de presse de la mairesse Plante, Geneviève Jutras. Maintenant, pour ce qui est à venir, nous réévaluons l’ensemble des décisions à la lumière de la situation.»

Celle-ci a aussi souligné «que le milieu artistique a également besoin d’être soutenu pendant cette crise», raison pour laquelle la Ville «honore ses engagements».

«La loi nous oblige à dépenser 1 % du budget des grands projets en art», a également rappelé Mme Jutras.

En avril, la Ville de Montréal avait évalué que la crise pourrait lui coûter entre 258,9 et 538,5 millions $. Afin de limiter l'impact de la pandémie sur ses finances, la Ville avait procédé à des compressions budgétaires de 123 millions $, une mesure qui comprend notamment un gel des salaires.

- Avec la collaboration d’Alex Proteau, 24 Heures