/24m/transports
Navigation

Baisse significative des amendes pour emportiérage

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les policiers remettent de moins en moins d’amendes pour des «emportiérages», un phénomène qui pourrait cependant se multiplier au cours des prochains mois alors que le vélo gagne en popularité en raison de la pandémie. 

Seulement 59 constats d'infraction ont été décernés en 2019 par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) à des personnes qui ont ouvert la portière de leur véhicule trop rapidement, causant ainsi une collision avec un cycliste qui circulait à proximité du véhicule. 

Les policiers montréalais semblent de moins en moins stricts sur ce règlement; en 2017, 121 amendes avaient été distribuées pour ce motif, un chiffre qui baissait déjà à 98 en 2018. 

Ce constat survient alors que la Ville de Montréal vient d’annoncer le réaménagement de quelque 200 km de rues pour favoriser le transport actif. De plus, les réparateurs de vélo confient être débordés par des clients qui veulent troquer le métro ou l’autobus pour la bicyclette pour des raisons sanitaires. 

Les chiffres du SPVM inquiètent la présidente-directrice générale de Vélo Québec. 

«On a plusieurs cyclistes qui nous mentionnent avoir contacté les policiers lors d'un emportiérage et ils [les policiers] ont minimisé l'affaire parce qu’il n’y a pas eu de blessé», déplore Suzanne Lareau. 

L’organisme reçoit régulièrement des témoignages de cyclistes qui dénoncent le manque de collaboration des policiers. Ces derniers ne prennent souvent pas la peine de se déplacer lors d'incident de la sorte. 

«Je ne me fie pas aux nombres de constats d'infractions afin de savoir combien il y a d'incidents. Il faut continuer la sensibilisation, mais il est temps que les automobilistes prennent leur responsabilité», estime Mme Lareau. 

Ce type d'accident n'est pas à prendre à la légère. Une cycliste est notamment décédée en juillet 2013 après avoir été happée par un autobus en tentant d'éviter la portière d'une fourgonnette sur l'avenue du Parc à Montréal. 

Pas toujours d’amendes

Un appel pour emportiérage ne se traduit pas toujours par une amende, reconnaît le SPVM. 

«En 2018, on avait 152 individus qui ont communiqué avec les policiers pour déclarer une infraction reliée à l’emportiérage, explique le sergent Simon Delorme du SPVM. 

De ce nombre, 98 constats d'infractions ont été remis», ajoute-t-il. 

Pour qu'une contravention soit décernée, les policiers doivent soit être témoin de l'événement ou avoir le témoignage d'une tierce partie. 

Le SPVM suggère d'utiliser la main opposée à la portière d'un véhicule pour ouvrir celle-ci, ce qui facilite la vérification de l'angle mort. 

Le montant des amendes pour emportiérage est passé de 30 $ à 311 $ le 30 juin 2016. 

 

Contraventions pour emportiérage remises par le SPVM 

Années Nombre de contraventions décernées pour emportiérages à Montréal

  • 2016: 102 
  • 2017: 121 
  • 2018: 98 
  • 2019: 59 

Source: SPVM