/24m/outings
Navigation

Des projets en suspens pour Hugo Mudie

Des projets en suspens pour Hugo Mudie
COURTOISIE CAROLINE PERRON

Coup d'oeil sur cet article

Le musicien Hugo Mudie, également cofondateur du Pouzza Fest, un festival de musique punk rock à Montréal, nous parle de son dernier album lancé plus tôt ce mois-ci et nous donne ses réactions au lendemain du report de la 10e édition de son festival.  

Comment ça va?  

«Ça va bien de façon générale je te dirais, mais je trouve que ça commence à être long. Au début [du confinement], il y avait même une certaine excitation dans un sens parce que je suis quelqu’un de curieux qui aime les nouveaux défis. Donc, en tant qu’artiste, ça allait me donner de nouvelles façons de faire des trucs et de rejoindre du monde. Mais là, c’est sûr que depuis un bout, je commence à trouver que ça tourne en rond, que ça manque de magie et de hasard. On vit toujours un peu la même journée et les résultats sont faciles à prédire. T’sais, je n’ai pas d’offres pour aller faire des shows en Californie parce qu’il n’y en a pas de shows.»  

La 10e édition du Pouzza Fest devait se tenir du 15 au 17 mai et a dû être reportée à l’année prochaine. Comment as-tu vécu ça?  

«On l’a vu un peu venir. Donc, je ne peux pas te dire qu’en fin de semaine ça m’a tant fait de la peine parce que j’étais habitué à l’idée, sauf que j’ai été drôlement ému par les témoignages qu’on a reçus. J’ai vraiment vu beaucoup de monde sur les réseaux sociaux qui disait que c’était leur week-end préféré de l’année, des gens d’un peu partout dans le monde. J’ai trouvé ça vraiment cool et ça m’a montré à quel point c’était peut-être plus grand que je pensais. C’est toujours difficile de prendre du recul sur un truc que tu fais, mais c’était comme une espèce de solidarité vraiment “cute” et touchante.» 

Des projets en suspens pour Hugo Mudie
COURTOISIE CAROLINE PERRON

Tu as lancé un nouvel album le 1er mai intitulé «Concerta Fantasio». Comment ton album a été reçu jusqu'à maintenant? As-tu pensé en retarder le lancement en raison de la pandémie?  

«Oui, ça nous est passé par la tête. La compagnie de disque nous avait demandé si on voulait reporter tout ça, j’y ai pensé, je ne sais pas encore si c’était une bonne ou une mauvaise idée, mais je dois dire qu’encore une fois, j’ai eu énormément de témoignages de gens qui ont eu l’air d’être touchés, particulièrement par les paroles et les sujets abordés dans les tounes. Je ne suis pas certain que dans un cas de non-pandémie, autant de gens auraient pris le temps d’analyser les textes et de m’écrire pour me le dire.»  

Des plans pour cet été ?  

«Pas vraiment non. J’avais des shows cet été évidemment comme tout le monde, et même à l’automne on y a cru pendant un bout de temps, mais là je viens de savoir que tout sera reporté à 2021. Et je ne suis pas encore certain de ce que j’avance, mais d’après moi ça va être vraiment difficile de jouer en 2021 parce que tout le monde va vouloir jouer en 2021. Et qui est-ce qu’on va booker en premier? Les artistes qui vendent sont ceux que la population en général connaît. Je pense que ça va être quand même tough pour les artistes alternatifs.»  

Aurais-tu des solutions pour tenter de soutenir la scène musicale ?  

«En tant que public, c’est sûr que la meilleure façon c’est d’aller regarder les sites internet des artistes, de voir s’ils ont de la marchandise à vendre et de les encourager. Personnellement, je vois que je vends beaucoup plus de t-shirts et de trucs que d’habitude, ça je trouve que c’est cool, parce qu’évidemment, si on veut que les artistes continuent à vivre et à durer jusqu’à ce que les shows reviennent, c’est pas mal la seule façon je dirais.»