/opinion/columnists
Navigation

La mairesse qui n’aimait pas le Québec

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, pour marquer l’anniversaire de Montréal, la mairesse de la ville, Valérie Plante, a publié sur Facebook avec un de ses amis historien et youtubeur une vidéo pour en raconter l’histoire. 

La vidéo, d’un kitsch gênant, est fascinante par l’idéologie qu’elle dévoile : elle occulte complètement les origines françaises de la métropole, comme si ceux qui l’ont fondée ne comptaient pour rien et qu’il fallait passer au vide-ordures l’héritage historique du peuple québécois. 

Ainsi, cette vidéo commence avec une référence aux Irlandais, comme si l’histoire de Montréal s’amorçait avec eux. S’ensuit la présentation de groupes issus de l’immigration en célébrant leur contribution spécifique à l’histoire montréalaise. 

Manipulation 

La présentation des réfugiés vietnamiens est particulièrement révélatrice. On nous dit qu’ils sont arrivés ici grâce à un programme du gouvernement fédéral et au travail des associations d’immigrants. Effacées, l’hospitalité et la générosité des Québécois au moment de la crise des boat people ! Elle n’est même pas mentionnée ! Nous sommes de trop chez nous, comme une tache sur la photo officielle que voudrait en faire la mairesse. 

  • ÉCOUTEZ le commentaire de Mathieu Bock-Côté à l'émission Politiquement incorrect, sur QUB Radio:

Il n’y a évidemment rien de mal à parler de l’apport des différentes communautés. C’est même très bien. Mais ici, on mentionne moins leur apport pour le valoriser que pour dissoudre le tronc commun québécois. 

Évidemment, puisqu’il faut quand même trouver des origines à la ville, on se tourne vers les Amérindiens, dont on instrumentalise l’histoire. Ainsi, nous dit le youtubeur, la ville aurait 5000 ans, d’une certaine manière. 

En d’autres mots, ils seraient les vrais fondateurs de la ville. Ce n’est pas manquer de respect aux Amérindiens que de rappeler qu’aucun historien sérieux ne soutient cela. Mais ici, le souci de la vérité historique cède la place à l’idéologie. Adieu Maisonneuve ! Adieu Jeanne Mance ! Adieu l’adversité des colons devant les Iroquois ! Adieu la réalité ! L’histoire réelle est remplacée par une histoire fantasmée ! 

Comment ne pas y voir une provocation idéologique ? 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

George Orwell, dans son chef-d’œuvre 1984, disait que celui qui contrôle le présent contrôle le passé, et que celui qui contrôle le passé contrôle le futur. 

Et de fait, les inclusifs cherchent à réécrire l’histoire dans la perspective du multiculturalisme. Ils sont parvenus à imposer leur vision à l’école, au point où c’est toute une génération de jeunes Québécois qui s’excuse maintenant d’exister. 

C’est ainsi qu’un peuple se fait voler son histoire. 

Français 

Le multiculturalisme, ce n’est pas l’ouverture à l’autre, mais le reniement de soi. Nulle surprise, diront les cyniques. Valérie Plante n’en est pas à sa première tentative de partition symbolique, comme si elle voulait faire de Montréal une cité-État séparée de l’ensemble du Québec. 

On se souvient de son fameux discours exclusivement en anglais en 2018 lors d’une annonce économique. Elle avait oublié de parler français ! 

On sait aussi son rapport trouble au drapeau québécois. 

Nos élites « inclusives » cherchent à chasser symboliquement le Québec, son histoire et sa langue de Montréal. Qui a dit que nous ne sommes plus colonisés ?