/news/health
Navigation

Les infirmières pourront prendre des vacances de deux semaines, dit Guilbault

Coup d'oeil sur cet article

Les infirmières pourront prendre des vacances cet été, mais Québec priorisera les séquences de deux semaines et s'assurera d’éviter les bris de service dans les hôpitaux.

• À lire aussi: COVID-19: 71 nouveaux décès, certains rassemblements extérieurs de 10 personnes et moins permis

C’est ce qu’a indiqué la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, lors du point de presse quotidien des autorités québécoises sur la COVID-19, mercredi.

«On ne peut pas se permettre d'avoir de ruptures de service, déjà que le personnel est un enjeu, ce n'est un secret pour personne, depuis les dernières semaines. Mais il n'est pas question d'empêcher les vacances», a-t-elle affirmé.

Dans les «zones froides» des hôpitaux, où le virus n’est pas présent, les vacances seront «comme elles le sont d'habitude, là, en vertu des ententes et des règles syndicales», a ajouté Geneviève Guilbault.

Plusieurs syndicats ont dénoncé ces dernières semaines que leurs membres ne puissent pas bénéficier de vacances en raison d’un arrêté ministériel, en vigueur depuis le 21 mars, qui permet aux gestionnaires d’annuler les congés, de modifier les horaires et de déplacer le personnel selon les besoins.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) déplore que ses membres du réseau de la santé subissent des «décisions arbitraires et incohérentes» et appelle Québec à adapter son style de gestion après plus de deux mois de crise de la COVID-19.

«Chez les préposés aux bénéficiaires et nos membres de tous les autres titres d'emploi dans le réseau, le découragement et la colère atteignent des niveaux critiques», affirme le directeur québécois du SCFP, Marc Ranger, dans un communiqué diffusé mercredi.

Ce dernier dit avoir été mis au parfum de potentielles «démissions en bloc» qui s'organiseraient dans le réseau de la santé et «d'arrêts de travail spontanés» qui sont envisagés par certains employés.

«Ces travailleuses et travailleurs, au bout de leurs forces ou pas loin, se font annuler à la dernière minute des vacances ou des jours de congé, se font imposer des modifications d'horaire sans préavis ou des retours au travail précipités, et ce, trop souvent sans motifs valables», affirme-t-il.

En entrevue à TVA Nouvelles, mercredi, le député de Québec solidaire, Sol Zanetti, a d’ailleurs plaidé pour donner une pause aux infirmières à bout de souffle.

«Les vacances d’été sont essentielles pour les infirmières et infirmiers et elles doivent être négociées. Sinon, on va se ramasser en plus de l’épidémie de coronavirus avec une épidémie de burn-out. Le gouvernement doit les écouter», soutient-il.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com