/world/usa
Navigation

Opération «coupe gratuite» dans le Michigan pour protester

Coup d'oeil sur cet article

Après les rassemblements armés, les opposants au confinement dans le Michigan ont pris mercredi ciseau et tondeuse pour demander la réouverture des commerces dans cet État du nord des États-Unis en offrant des coupes de cheveux gratuites.   

Plusieurs centaines de manifestants ont fait la queue devant le Capitole de Lansing, siège du gouvernement local, où plusieurs coiffeurs s'étaient installés pour la quatrième manifestation anti-restrictions en plus d'un mois.    

Fin avril, des manifestants armés étaient entrés dans le Capitole pour exiger l'assouplissement des mesures mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus.    

Le Michigan, l'un des plus touchés du pays avec plus de 5.000 décès liés au Covid-19, est un point chaud du débat sur la réouverture de l'économie américaine malgré la pandémie.    

Sous un soleil radieux, la foule attendait patiemment son tour sans respecter les gestes barrières et de nombreux clients ne portaient pas de masque. Mais les sièges des coiffeurs étaient désinfectés après chaque coupe.    

La manifestation était organisée par des groupes conservateurs locaux en soutien à Karl Manke, un coiffeur qui a vu sa licence révoquée après avoir ouvert son salon début mai à Owosso, près de Lansing, en violation des mesures de fermeture des commerces jugés non essentiels.    

Des massages étaient également offerts mercredi, contre une participation de quelques dollars.    

Certains manifestants brandissaient des drapeaux américains et des pancartes dénonçant la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer, qui a prolongé les mesures de confinement jusqu'au 28 mai.    

«Whitmer tue le petit commerce», disait notamment une pancarte.    

La gouverneure démocrate, en visite dans le centre de l'État pour évaluer la situation après une crue, a dit comprendre la frustration des manifestants.    

«Tout le monde a fait des sacrifices. Beaucoup sont en deuil après avoir perdu des proches, ils ont perdu un emploi, une entreprise qui pourrait ne pas survivre», a-t-elle déclaré.    

«Mais au milieu d'une pandémie, je demande aux gens de ne pas manifester d'une façon à s'exposer eux-mêmes ou d'autres à une crise sanitaire prolongée», a-t-elle expliqué.    

«Si les gens manifestent, je leur demande de porter des masques et de se tenir à une distance de six pieds (1,80 m), et s'ils ne le font pas nous prendrons des mesures», a-t-elle mis en garde.    

La police a donné plusieurs avertissements aux coiffeurs, selon les participants.