/sports/hockey/canadien
Navigation

Cayden Primeau reste humble

Le gardien du Rocket a été choisi dans l’équipe d’étoiles des recrues de la Ligue américaine

Camp des recrues
Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin Cayden Primeau a disputé deux matchs avec le Canadien au cours de la dernière saison.

Coup d'oeil sur cet article

Cayden Primeau est décrit comme le gardien d’avenir du Canadien. À sa première saison chez les professionnels, le fils de Keith Primeau n’a pas déçu avec le Rocket de Laval.

Âgé de 20 ans seulement, Primeau a maintenu un très respectable dossier de 17-11-4, avec une moyenne de buts accordés de 2,45 et un taux d’efficacité de ,908. Il a également signé quatre jeux blancs pour la bande de Joël Bouchard.

L’ancien gardien des Huskies de Northeastern, dans la NCAA, a reçu une belle récompense en étant choisi au sein de l’équipe d’étoiles des recrues dans la Ligue américaine.

« Je me réjouis de cette nomination, a dit Primeau lors d’une conférence téléphonique, mercredi. Il y avait de bons gardiens de première année dans la Ligue américaine (LAH). Mais je vois aussi ça comme un témoignage du jeu de toute l’équipe. C’est une récompense pour l’équipe. Je dois remercier mes coéquipiers. »

Une place au sein de l’équipe des étoiles chez les recrues n’a pas toujours signifié une grande carrière dans la Ligue nationale. Des 10 derniers récipiendaires, Matt Murray (2014-2015) et Juuse Saros (2015-2016) ont les plus belles carrières à Pittsburgh et Nashville. Mais il y a également eu des gardiens méconnus comme Eddie Pasquale (2011-2012), Niklas Svedberg (2012-2013) et Joni Ortio (2013-2014).

  

Camp des recrues
Photo d'archives, Ben Pelosse

  

 

Le conseil de papa

Primeau a dévoilé un trait de sa personnalité en racontant la réaction de son père à l’annonce de cette sélection.

« Il était excité et fier. Il m’a dit bravo, mais il m’a rapidement demandé quel est mon prochain objectif. C’est un peu la mentalité de notre famille. On m’a toujours enseigné à être heureux de nos réalisations, mais de toujours penser aux prochains buts. Je partage la philosophie de mon père. »

Sur la question du prochain objectif, Primeau est resté assez silencieux. Le CH fera face à un dilemme avec son jeune gardien : lui donner le plus grand nombre de départs possibles à Laval ou lui confier le rôle de numéro deux à Montréal.

Questionné à ce sujet, l’Américain a offert une réponse assez classique.

« J’ai toujours tenté de ne pas regarder trop loin, a-t-il répliqué. Je vis dans le moment. Je ne sais pas à quoi le futur ressemblera. Je peux simplement m’améliorer durant la saison morte. À l’automne, on verra ce qui arrivera. Je ne veux pas me placer trop de pression. Je peux simplement m’améliorer, devenir plus fort et meilleur comme gardien. Je ferai attention aux détails. Les bonnes choses surviendront si je travaille fort. »

  

Camp des recrues
Photo AFP

  

 

Deux départs à Montréal

Un jour, Primeau sera l’adjoint de Price à Montréal. C’est écrit dans le ciel. Mais la principale question est de savoir quand.

En théorie, le gardien de 6 pi et 3 po retournera une autre saison avec le Rocket pour gagner en confiance, travailler sur sa technique et recevoir le plus de rondelles possible en situation de match. Il pourrait former un duo avec le Russe Vasili Demchenko, un gardien qui a l’expérience de la Ligue continentale, mais pas du jeu en Amérique du Nord.

Primeau a trempé ses orteils dans la LNH cette saison en obtenant deux départs après le renvoi de Keith Kinkaid dans la LAH. Il a fait ses débuts le 5 décembre dans un revers de 3 à 2 contre l’Avalanche du Colorado au Centre Bell. Six jours plus tard, il a signé sa première victoire en bloquant 35 tirs dans un gain de 3 à 2 en prolongation contre les Sénateurs d’Ottawa.

« Quand tu mènes en troisième période, tu regardes l’horloge et tu as hâte à la fin du match. Mais quand tu gagnes en prolongation, les émotions sont encore plus fortes. Je dirais que cette victoire contre Ottawa est mon plus beau moment à ce jour au hockey. Je n’oublierai jamais ce match. »