/entertainment/tv
Navigation

«Corde raide»: une première animation à la télé pour Christine Morency

L'humoriste Christine Morency animera l'émission "Corde raide" l'automne prochain, à Z
Photo Courtoisie L'humoriste Christine Morency animera l'émission "Corde raide" l'automne prochain, à Z

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Christine Morency vit un rêve éveillé. Deux ans après sa première participation à Zoofest, la nouvelle sensation de l’humour sera l’automne prochain à la barre d’une nouvelle émission comique, «Corde raide», à Z, qui empoignera de front des tabous pour les pousser encore plus loin.

Au bout du fil, une Christine Morency emballée convient que les opportunités déboulent à vitesse grand V pour elle, qui avait d’abord rêvé de faire du théâtre, avant de bifurquer vers l’humour, milieu qu’elle a apprivoisé à travers l’improvisation et les soirées dans les comédies clubs.

Un seul Zoofest plus tard, et elle suscitait l’engouement. Participations à des galas à Juste pour rire, au ComediHa! Fest et au Grand Montréal Comique, premières parties de Mike Ward, saut ici et là dans diverses émissions de variétés; depuis deux ans, son nom est sur toutes les lèvres, et elle planche déjà sur un premier spectacle solo.

Et voilà que 2020 sera l’année de son premier rendez-vous bien à elle à la télévision, dans un concept qui lui colle à la peau, mitonné par Juste pour rire TV.

«Je n’en reviens pas encore de la chance que j’ai, a-t-elle dit. Je suis complètement comblée. Ça n’a pas de bon sens tout ce qui m’arrive, à quel point je suis chanceuse. Mais je travaille fort, aussi. J’ai toujours peur de décevoir et je prends le travail très au sérieux. J’arrive prête sur les plateaux; je ne veux pas faire perdre de temps à personne.»

Thèmes polarisants

L’artiste n’a pas encore pu «arriver» sur le plateau de «Corde raide», puisque celui-ci n’a pas encore été érigé, en raison de la pandémie. La production attend toujours les directives gouvernementales en matière de culture et de télévision pour déterminer le lieu et la date de début des tournages, et statuer si ceux-ci se tiendront devant public ou pas.

Ce qu’on sait, c’est que «Corde raide» donnera chaque semaine la parole à trois humoristes établis qui iront d’un numéro inédit sur un thème polarisant: les végétariens, les baby-boomers, les policiers, les Noirs, les lesbiennes, les gros...

«Des thématiques sans risque aucun», remarque Christine Morency en riant.

Trois juges invités, c’est-à-dire des personnes du public concernées de près par le sujet du jour, déclameront ensuite leur point de vue sur la prestation de «stand up» qui aura été offerte. A-t-elle été trop ou pas assez loin? A-t-on senti une forme d’autocensure? À propos du lesbianisme, on pourrait asseoir à la table une femme homosexuelle, une mère dont la fille est lesbienne et une trentenaire n’ayant fricoté qu’une seule fois avec le même sexe dans un bar, par exemple.

«Tout ça pour montrer que l’humour au Québec, même avec un sujet qui peut diviser, ça reste très rassembleur. La ligne est souvent mince entre ce qui est drôle ou pas, et ça dépend de la personne qui reçoit le gag. Ouvrir une conversation, ça permet de nuancer, de réfléchir, d’aller chercher des réponses à des questions qu’on se pose par rapport à ces sujets. C’est une grosse responsabilité, parce que je sais que c’est une émission qui va en déranger certains, mais qui va en ravir d’autres», a indiqué Christine Morency, qui mettra également à profit son expérience d’ancienne intervenante psychosociale auprès des personnes en situation d’itinérance pour apporter cœur et sensibilité à «Corde raide».

«Dans mon métier, j’avais l’habitude, au quotidien, de faire des blagues pour désamorcer les situations difficiles, pour amener les gens à se sentir en confiance et à se confier. Ça ira chercher un côté de moi que je montre moins sur scène.»

Les neuf épisodes de 30 minutes de «Corde raide» seront présentés à Z l’automne prochain.