/investigations
Navigation

Côte-des-Neiges: le climat toxique persiste

Des cadres supérieurs de l’arrondissement en ont assez

Annalisa Harris
Photo capture d'écran, TVA NOUVELLES Annalisa Harris

Coup d'oeil sur cet article

Le climat de travail dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce continue de se dégrader. La directrice de cabinet de la mairesse Sue Montgomery, Annalisa Harris, continue d'entrer en contact avec des fonctionnaires, même si cela lui a été interdit depuis qu'elle a fait l'objet d'allégations de harcèlement.  

Dans une lettre datée du 20 mai qu’a obtenu notre Bureau d’enquête, les directeurs des services de l’arrondissement expriment « leur grand désarroi face à l’environnement de travail toxique ».   

Ils affirment que dans les dernières semaines, Mme Harris a tenté de participer à plusieurs reprises à des réunions de direction, notamment le 11 mai dans une visioconférence.   

Pourtant, il lui est interdit d’avoir des contacts directs avec des fonctionnaires depuis qu’elle a été visée par un rapport du contrôleur général, en décembre, qui établissait qu’elle avait fait du « harcèlement psychologique » envers deux employés.    

Arrêt de travail   

Les directeurs des services indiquent que le climat « se dégrade de manière accélérée depuis le mois de janvier ». « Un membre de l’équipe de direction est d’ailleurs en arrêt de travail depuis plus d’une semaine, et son absence est directement liée à la situation actuelle », ajoutent les fonctionnaires.    

Ils évoquent un stress constant pour les employés et exhortent les élus de l’arrondissement à agir pour « leur garantir un climat de travail sain ».    

Sue Montgomery a refusé de congédier Mme Harris en janvier dernier, ce qui lui a valu d’être expulsée du parti Projet Montréal par la mairesse Valérie Plante.    

Depuis, elle a suspendu trois fois son directeur d’arrondissement, Stéphane Plante, qui, selon nos informations, aurait été harcelé par Annalisa Harris. Chaque fois, les autres élus de l’arrondissement ont renversé la suspension.   

Plusieurs approches ont été faites par les autres élus de l’arrondissement pour que Mme Montgomery change de position, en vain.    

« Du jamais-vu »   

« C’est du jamais-vu de voir tous les directeurs signer une lettre comme ça. C’est grave », estime le conseiller municipal du district de Snowdon, Marvin Rotrand, qui siège depuis 1982.   

La conseillère de Côte-des-Neiges, Magda Popeanu, croit que « l’acharnement personnel de Mme Montgomery paralyse l’arrondissement ». « Cette lettre sonne une alarme supplémentaire que la mairesse ne peut pas ignorer », dit-elle.   

Sue Montgomery n’a pas répondu à nos appels jeudi.    

Commission municipale   

Le dossier de Sue Montgomery se trouve déjà entre les mains de la commission municipale du Québec, toutefois aucune date d’audience n’est fixée pour l’instant.    

Elle fait face à des accusations de harcèlement, de manque de respect, de défaut de maintenir un climat de travail exempt de harcèlement et de divulgation d’informations confidentielles.