/news/consumer
Navigation

Les Québécois ont bu un peu plus d’alcool en avril

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois ont bu un peu plus d’alcool en avril, lors du deuxième mois de confinement, a indiqué jeudi Éduc’alcool. 

Selon le sondage, 19% des répondants ont pris un peu ou beaucoup plus d’alcool que le mois précédent. Cependant, si les chiffres sont stables concernant la consommation générale, ils étaient 23% à avoir dépassé les limites de consommation recommandées, soit 5% de plus qu’en avril. 

«C’est cet indicateur qui est le plus déterminant, car l’augmentation et la diminution de la consommation, prises seules, ne sont pas suffisantes pour donner un portrait complet de la situation», a indiqué par voie de communiqué Hubert Sacy, directeur général d’Éduc'alcool. 

Si une personne qui prenait deux verres par semaine en prend désormais quatre ou cinq, cela ne posera pas vraiment de problème, a-t-il expliqué. Mais quelqu’un qui dépassait déjà les limites demeure un consommateur excessif, même s’il n’a pas augmenté sa consommation. Et c’est dans cette catégorie que se placeraient les 5% des buveurs. 

Parmi ces personnes qui ont dépassé les limites recommandées se trouvent principalement des personnes à forts revenus (plus de 80 000$) et les jeunes de 25 à 34 ans. 

En règle générale, les Québécois n’ont pas modifié leur comportement face à l’alcool pendant le confinement, a rappelé Éduc’alcool, et seule une minorité d'entre eux ont beaucoup diminué (7%) ou beaucoup augmenté (5%) leur consommation d’alcool. 

Éduc’alcool a indiqué espérer que le déconfinement permettra aux Québécois de «réinitialiser» leur mode de consommation et de s'en tenir aux recommandations de deux verres pour une femme et trois verres d’alcool pour un homme, d’alterner verre d’alcool et verre d’eau et d’intercaler deux jours sans alcool dans la semaine. 

Les résultats du sondage, administré par CROP, reposent sur 1007 réponses recueillies les 5 et 10 mai 2020 sur un échantillon non probabiliste.