/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Suicides, menaces et COVID: un potentiel explosif en prison

Coup d'oeil sur cet article

Les détenus isolés et privés de leurs activités en raison de la COVID-19 sont de plus en plus agressifs et désespérés entre les murs de la vieille prison de Bordeaux et dans les établissements carcéraux du Québec. Et la chaleur qui s’en vient échauffera les esprits, prévient le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec. 

• À lire aussi: Un détenu de la prison de Bordeaux succombe à la COVID-19

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Près de 10% des détenus de Bordeaux à Montréal sont infectés par le coronavirus alors que dans l’ensemble des établissements carcéraux du Québec, c’est 2%. Un détenu de 72 ans en serait même mort cette semaine. 

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, affirme toutefois que les mesures mises en place dans les prisons québécoises fonctionnent. 

«Dire que c’est contrôlé, c’est jouer à l’autruche. On a eu 93 cas de contamination sur une population carcérale de 900 et 60 sont toujours infectés», affirme Mathieu Lavoie, président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec. 

La grogne gage la prison montréalaise. «Pas juste Bordeaux. Dans l’ensemble des établissements carcéraux, on a encore plus de tension, de menaces, d’allusions», précise M. Lavoie. 

La tristesse et le désespoir font aussi leur œuvre. «Dans la même journée à Québec, il y a eu une tentative de suicide et un suicide dans un secteur où les détenus sont isolés», ajoute-t-il. 

Le personnel doit composer avec beaucoup d'heures supplémentaires à Bordeaux. «Près de 25% des agents correctionnels sont absents et en soins de santé, il manque 50% du personnel. On se promène de zones chaudes à froides. On n’est pas comme dans un hôpital ou un milieu d’hébergement. On doit répondre aux appels d’urgence», fait savoir le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec. 

«On est au front chaque jour, mais on est laissés dans l’ombre. Nous sommes l’angle mort du gouvernement», se désespère Mathieu Lavoie.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.