/24m/outings
Navigation

En vente pour 2,7 M$ : l’incroyable histoire du Village Canadiana

En vente pour 2,7 M$ : l’incroyable histoire du Village Canadiana
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le «village» où a été tournée la série «Les Pays d’en Haut» est à vendre depuis cinq ans, et l’annonce a refait surface en ligne cette semaine sur le site de Centris, générant de nombreux partages sur les réseaux sociaux. Ce terrain abrite bien plus que des décors : il s'agit d'une parcelle importante du patrimoine des habitants de Rawdon. Voici une incursion historique au cœur de cet endroit qui a piqué la curiosité dans les derniers jours. 

À Rawdon, dans Lanaudière, un grand terrain sur lequel ont été érigés 45 bâtiments donne l’impression d’un retour dans le temps. 

Le «Canadiana Village» a d’ailleurs accueilli au fil des ans plusieurs tournages. On y reconnaît non seulement les décors de la série «Les Pays d’en Haut», mais aussi des films «Le fils du patriote», «Au nom du père» et «I’m Not There» (sur la vie du chanteur Bob Dylan). 

«Nous, on surnomme ça le Hollywood du Nord», rigole Beverly Prud’homme, fondatrice de la Rawdon Historical Society et ancienne employée du site. 

En vente pour 2,7 M$ : l’incroyable histoire du Village Canadiana
PHOTO COURTOISIE/Société d’histoire de Joliette de Lanaudière

Mme Prud’homme raconte que le Canadiana Village a été fondé par Earle et Norah Moore, en 1959. Le site a été ouvert aux visiteurs jusqu’en 1996. 

«Norah était décoratrice d’intérieur de formation et Earle a été maire de la Ville de Mont-Royal, puis de Baie-d’Urfé. Il était aussi le président des Scouts du Canada et propriétaire de Moore Brothers Machinery», énumère-t-elle. 

«C’était un gars occupé! En plus, Norah et lui faisaient toutes les restaurations des maisons du village eux-mêmes.» 

Certaines des résidences ont été amenées à partir de Lachute, précise Jean Guy de Guire, de la Société d’histoire de Joliette de Lanaudière. «Ils avaient pris le magasin général à Saint-Anicet, dans le coin de Valleyfield.» 

À une certaine époque, des ânes, des chevaux et des castors logeaient au Village Canadiana. «C’était une valeur ajoutée à l’attraction», se rappelle Mme Prud’homme. 

En vente pour 2,7 M$ : l’incroyable histoire du Village Canadiana
PHOTO COURTOISIE

Potentiel immense, avenir incertain 

Joint par le 24 Heures, l’actuel propriétaire du terrain Daniel Ferron a refusé de nous accorder une entrevue. M. Ferron soutient toutefois avoir refusé plusieurs offres d’achat au cours des cinq dernières années, et souhaite que le Village Canadiana conserve sa vocation de tableau de tournage. 

Beverly Prud’homme confie avoir fait partie d’un groupe de citoyens de Rawdon qui ont tenté d’acquérir le site «autour de 1999», mais sans succès. 

Chose certaine, les gens de la municipalité s’étaient réellement approprié le parc d’attractions, se souvient Mme Prud’homme. En plus d’avoir fait don des antiquités de leurs ancêtres, les membres de la communauté de Rawdon étaient nombreux à venir s’y recueillir. Certains y ont même été enterrés. 

«L’église du Village Canadiana a été construite pour le tournage du «Fils du patriote», mais les pierres tombales à côté sont authentiques. Le cimetière de l’église catholique de Rawdon a été déplacé là», dit-elle. 

«Ce qui est dommage, c’est que les gens viennent aujourd’hui à Rawdon pour trouver les tombes de leurs ancêtres, mais ils n’y ont plus accès. Tout le terrain est clôturé et cadenassé depuis 20 ans.»

En vente pour 2,7 M$ : l’incroyable histoire du Village Canadiana
PHOTO COURTOISIE