/24m/outings
Navigation

La BD en ligne

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le festival BD de Montréal propose dès aujourd’hui une édition entièrement virtuelle où la bande dessinée est à l’honneur via les voies du numérique.

«On était parti pour un festival de nature traditionnelle et on était bien content parce qu’on avait beaucoup d’exposants cette année et on avait eu une bonne réponse, explique d’emblée Joanne Desrochers, directrice générale du festival, à propos de ce qui était initialement prévu avant le grand bouleversement provoqué par la pandémie. Évidemment, quand est arrivé ce que l’on sait, on s’est regardé en équipe et on s’est demandé ce qu’on faisait, si on annulait ou non.»

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

«Il y avait des gens dans l’équipe qui s’y connaissaient en termes de plateforme en ligne et on s’est rendu compte qu’on pourrait faire un festival virtuel parce qu’on trouvait que notre médium s’y prêtait quand même bien, on avait cette chance-là, poursuit-elle. Et aussi, on voyait qu’on avait le temps. On était en mars, et on se disait que d’ici le mois de mai, on avait la possibilité de se retourner, ça nous a donné confiance pour aller de l’avant.»

Bataille de personnages

Pour cette neuvième édition qui se tiendra jusqu’à dimanchei, de nombreuses activités sont prévues à l’horaire pour qui voudrait se plonger dans le vaste monde de la bande dessinée directement depuis le confort de son salon. L’ensemble de la programmation sera diffusé en direct via le site web, la page Facebook ainsi que la chaîne YouTube du festival.

«Quand on a entrepris cette démarche-là de faire un festival virtuel, on voulait que l’expérience soit la plus proche possible de ce que les gens ont l’habitude de voir quand ils viennent au festival», explique la directrice générale.

Parmi les activités proposées figurent des tables rondes réunissant différents bédéistes, des ateliers où il sera possible d’apprendre en direct les rudiments du dessin, une soirée «Donjons, Dragons & Dessins» ainsi qu’une bataille de personnages opposant les bédéistes Alex A. et Cab, qui, en se répondant l’un l’autre et en se servant des commentaires et des suggestions des internautes, élaboreront une histoire en temps réel.

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

«C’est là qu’on voit leur imagination, parce que le but de chaque dessinateur, c’est de déstabiliser l’autre avec sa proposition de dessin. Ça fait une interaction intéressante», explique Joanne Desrochers.

La soirée de remise des Prix Bédélys, récompensant les meilleures bandes dessinées parues au Québec, aura quant à elle lieu vendredi à 19 h.

Rencontres avec le public

Enfin, les adeptes de la bande dessinée auront également l’occasion à travers l’édition de cette année de rencontrer quelques-uns de leurs auteurs préférés, alors que 21 bédéistes - dont Michael Deforge, Jean-Paul Eid et Julie Delporte - seront présents à un moment ou l’autre de la fin de semaine.

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

«Les festivals sont aussi l’occasion pour les bédéistes de rencontrer leur public, soutient la directrice du festival. Ce sont des gens qui travaillent chez eux tranquilles, et quand ils vont dans des festivals, ils ont l’occasion de discuter avec leurs lecteurs. On voulait absolument trouver une façon de conserver le plus possible cet aspect-là.»

«Alors en plus des activités et tables rondes, on a développé ce qu’on appelle des conversations, qui seront en anglais ou en français, dépendamment de l’artiste qui est présent, poursuit-elle. On a offert aux bédéistes 20 minutes où ils seront en ligne directement et pourront échanger avec les personnes qui viendront les rencontrer pour présenter ce qu’ils font.»

Le Festival BD de Montréal se tiendra en ligne du vendredi, samedi et dimanche. L’horaire de la programmation est accessible via le site fbdm-mcaf.ca.

Le grand projet d’Axelle Lenoir

Parmi les 21 bédéistes qui seront de passage virtuellement pour l’édition de cette année, on peut compter sur la présence d’Axelle Lenoir, une artiste que l’on connaît notamment pour sa dernière bande dessinée intitulée «Si on était...», parue l’année dernière et dont la traduction anglaise est prévue pour la fin de l’année.

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

C’est d’ailleurs elle qui était chargée du visuel du festival. «J’étais en train de faire une courte bande dessinée pour le magazine “Curium”, une case où un personnage marchait dans la vase, et j’ai eu un flash pour l’affiche», explique Axelle Lenoir.

«En le faisant, je me rendais compte que je voyais un peu les difficultés d’être auteur, mais pas d’une façon négative. Quand tu es artiste ou travailleur autonome, c’est quand même un combat d’une vie que de parvenir à faire son travail, et je vois de la beauté là-dedans: le dépassement, se relever après des revers.»

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

«Passages Secrets»

L’artiste est également sur le point de lancer une nouvelle série de bandes dessinées intitulée «Passages Secrets», un projet d’envergure pour la bédéiste.

La BD en ligne
PHOTO COURTOISIE

«C’est vraiment de loin mon projet le plus ambitieux depuis que je fais de la bande dessinée, soutient Axelle Lenoir. C’est une BD qui va être prépubliée sur internet, sur Patreon, [une oeuvre] semi-autobiographique, donc une autofiction. Je raconte ma vie, mais dans un univers parallèle où je serais née fille.»

L’autrice, qui a affirmé sa transidentité dans les dernières années, explorera à travers ce nouveau projet les difficultés qu’elle a rencontrées.

«La raison de base, c’est que j’ai fait ma transition il y a deux ans environ, du moins au grand jour, et cette année-là, je n’ai fait que penser à ça pendant 365 jours, 24 heures sur 24, se remémore-t-elle. J’en étais épuisée et il fallait que j’écrive là-dessus.»

«Ça tourne autour du sujet de la transition, mais ça va prendre beaucoup de temps avant qu’on s’en rende compte, explique la bédéiste. En fait, j’ai décidé de faire une autofiction pour créer un bon récit avant tout, mais qui va quand même retracer des obstacles que j’ai vécus en flirtant avec le sujet de la transition et les difficultés de l’adolescence.»