/entertainment/movies
Navigation

Le cinéma est possible sans jouer à la police, selon Vincent Guzzo

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les amateurs de cinéma ont bien hâte que les salles obscures de la province puissent rouvrir. Vincent Guzzo aussi. L'homme d'affaires montréalais croit que c’est possible financièrement et que ce sera sécuritaire en matière de santé publique.  

Le propriétaire des Cinémas Guzzo se dit en mesure de faire respecter la distanciation sociale afin de limiter la propagation de la COVID-19 tout comme l’ensemble de l’industrie du cinéma.  

«Remplir une salle à 50 % de sa capacité n’est pas un problème pour nous», a dit Vincent Guzzo, vendredi, en entrevue avec TVA Nouvelles.  

Qu’en est-il de la distanciation sociale? «Va-t-on devoir faire le policier dans la salle et dire: "excusez-moi, vous n’êtes pas de la même maison ou de la même famille, laissez un banc libre"? Non, la distanciation sociale se fait maintenant automatiquement. Et au cinéma, il y a déjà une tendance à ne pas s’asseoir les uns à côté des autres», a indiqué Vincent Guzzo.  

Au plan financier pour une certaine période de temps, c’est jouable aussi selon lui. «Par exemple, un cinéma de 14 salles, je n’ai pas 14 gros films à offrir. Je peux jouer un gros film sur huit écrans», a-t-il expliqué.  

Vincent Guzzo installera, comme dans les commerces, des mesures strictes dans ses cinémas: gels désinfectant pour les clients, consignes sanitaires, visières pour les employés, etc.  

Il sera prêt quand la santé publique et le gouvernement Legault autoriseront la réouverture des cinémas. Et il a un conseil pour les cinéphiles : «Si vous êtes malades, restez à la maison, ne jouez pas à Superman!»