/news/currentevents
Navigation

Le SPVM rappelle les règles concernant l’alcool dans les parcs

Coup d'oeil sur cet article

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) redoute que les citoyens célèbrent le retour du beau temps et le début du déconfinement en prenant un verre dans les parcs.  

• À lire aussi: Le fédéral offre de l'aide pour retracer les personnes exposées à la COVID-19 

• À lire aussi: Le Québec se déconfine: voici ce qui est ouvert ou fermé, permis ou interdit 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus 

• À lire aussi: Réussir son barbecue au temps du déconfinement 

«Il y a des règles, et ce n’est pas parce qu’on est en période de déconfinement qu’on peut prendre un coup», rappelle André Durocher, porte-parole du SPVM.   

Le règlement P-1 de la Ville stipule clairement qu’il est défendu de consommer des boissons alcoolisées sur le domaine public, à quelques exceptions près.   

Par exemple, il est permis de prendre une consommation pendant un repas en plein air, à condition de se trouver dans une aire de parc équipée de tables à pique-nique. Ce n’est donc pas n’importe où dans le parc qu’il est possible de boire de l’alcool.   

Le porte-parole du SPVM conseille de consulter les règlements de chaque arrondissement pour être certain qu’il n’y ait pas de malentendu.   

Il ne faut pas exagérer  

André Durocher raconte que les policiers sur le terrain voient toutes sortes de gens pressés de retrouver leurs amis et soucieux de respecter les consignes d'espacement social... tout en voulant trinquer ensemble.   

Certains «ont pris des rubans à mesurer pour s’assurer de respecter la distanciation sociale, ont mis une caisse de 24 en plein milieu et ont vidé la caisse. Ce n’est pas du tout ça!» s’exclame le porte-parole.    

«On ne peut pas prendre une caisse de bière et se mettre à boire du matin au soir dans un parc, c’est interdit», dit-il, appelant à la bienséance.   

La meilleure façon d’éviter les imbroglios, selon lui, est de consulter la réglementation municipale et de respecter l'espacement social.   

Il remarque d’ailleurs que la règle des deux mètres commence à faire partie des mœurs des Québécois. Malgré le retour du beau temps, le nombre de constats remis par les policiers n’augmente pas de façon spectaculaire.   

«Lorsque les gens ne respectent pas la distanciation, très souvent, c’est par inadvertance», constate-t-il.