/24m
Navigation

Les collections d’été en vedette

Coup d'oeil sur cet article

Les boutiques qui rouvriront lundi à Montréal regorgeront de vêtements d’été, qui avaient été commandés par les commerces bien avant le début de la pandémie.  

«Avant la crise, on avait déjà fait l’achat de nos collections printemps-été», relate François Roberge, président des boutiques La Vie en Rose.  

«Cela fait déjà cinq semaines que mes gérantes sont revenues en magasin pour tout organiser. On enlève le stock d’hiver et on fait place à l’été. Ainsi, les trois premières livraisons du printemps-été sont déjà en magasin et j’en attends une quatrième pour la semaine à venir. L’inventaire complet de toute notre collection sera disponible sur le plancher», affirme-t-il.  

Dans les vitrines qui sont en train d’être réaménagées un peu partout dans la métropole, on voit apparaître des messages de bienvenue, des robes d’été et des paires de shorts.  

Les magasins de souliers Rubino Shoes ont balayé leurs bottes d’hiver pour faire place aux sandales.  

«En 30 ans d’histoire, nos magasins n’ont jamais été fermés pendant deux mois. Notre saison printemps-été commence d’habitude au mois de mars, mais tout était fermé. Là, notre priorité est de se concentrer sur les collections qu’on a reçu pour l’été», relate Angelo Rubino, vice-président de l’entreprise familiale.  

En plus de tenter de rattraper deux mois de ventes perdues tout en respectant des règles d’hygiène strictes, l’industrie du détail devra s’adapter à une nouvelle gestion de l’inventaire, vu l’incertitude.  

«On va devoir suivre le fil des saisons en magasin, plutôt que de recevoir les nouvelles collections d’avance, comme on avait l’habitude de le faire. Ce n’est plus une question de compétition sur qui possède la nouveauté avant tout le monde», explique M. Roberge.  

Collections d’automne?  

La rentrée scolaire mise sur la glace ainsi que des contraintes de production soulèvent des questions par rapport aux collections «retour à l’école». Rubino Shoes se demande de quoi aura l’air l’offre de produits pour la saison automnale.  

«Il y a un phénomène qui se passe en ce moment dans l’industrie où plusieurs fournisseurs, comme Nike, cancellent la collection back-to-school, car il n’y a pas eu de manufacture qui s’est faite dans les usines durant deux mois. On craint donc qu’il manque d’offre», affirme M. Rubino.