/investigations
Navigation

Réunion à Québec sur les allégations d’attouchements de Jacques Chagnon

Jacques Chagnon
Photo d'archives, Simon Clark L'ancien président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon

Coup d'oeil sur cet article

Sur la sellette depuis deux semaines, le président de l’Assemblée nationale François Paradis a convoqué une réunion extraordinaire pour examiner les suites à donner à des allégations d’attouchements sexuels visant son prédécesseur Jacques Chagnon. 

• À lire aussi: Allégations d’attouchements sexuels: Anglade veut l’heure juste sur Chagnon  

• À lire aussi: Chagnon nie des allégations d’attouchements sexuels 

Trois sources nous ont confirmé qu’une invitation a été transmise jeudi à tous les membres du Bureau de l’Assemblée nationale (BAN), l’équivalent du conseil d’administration de l’institution. La réunion est prévue pour la semaine prochaine.  

La convocation ne mentionne pas explicitement la situation de M. Chagnon, selon nos sources. Mais cette réunion, qui n’était pas prévue, vise à déterminer les suites à donner aux allégations formulées à son égard.  

Dans une entrevue à un média belge publiée récemment, l’ex-présidente du Parlement wallon Émily Hoyos a déclaré que M. Chagnon lui avait mis la main au postérieur, en 2011, alors qu’elle était reçue à l’Assemblée nationale.  

M. Chagnon, qui a été président de l’institution et député libéral jusqu’en 2018, a nié ces allégations.  

Pression  

Jusqu’ici, l’Assemblée nationale a affirmé qu’il était impossible de faire enquête sur les allégations de Mme Hoyos, qui a exprimé le souhait de tourner la page sur cet incident allégué.  

Mais les interventions successives du Parti québécois et du Parti libéral du Québec, l’ancienne formation de M. Chagnon, ont fait monter la pression sur M. Paradis.  

En fin de semaine, la whip en chef de l’aile parlementaire libérale, Nicole Ménard, lui a d’ailleurs écrit pour lui demander d’agir. Selon les libéraux, le BAN a «tous les pouvoirs et la latitude» de faire la lumière dans ce dossier.  

La 3e vice-présidente de l’Assemblée nationale, Maryse Gaudreault a soutenu que la politique de lutte au harcèlement de l’institution ne couvre pas les parlementaires étrangers et qu’aucune plainte formelle de Mme Hoyos n’a été reçue. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.