/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Super Super : Des solutions culinaires d’ici pour les amateurs de bonne bouffe maison

C’est après une carrière de près de 20 ans comme réalisateur et photographe que Stéphan Doe a décidé de se lancer en affaires dans l'alimentaire.

Coup d'oeil sur cet article

L'article sur la PME Super Super commence tout juste après ces quelques mots!  

La crise économique provoquée par la pandémie aura au moins eu l’heureuse conséquence de susciter un engouement pour l’achat local. Afin de soutenir ce mouvement, porte-monnaie et Qub Radio s’associent pour offrir une vitrine aux PME québécoises.   

De mai à juillet, 2 entreprises seront choisies chaque semaine afin de se faire connaitre des consommateurs sur le site du Journal de Montréal et sur les ondes de Qub Radio.   

Pour ajouter votre entreprise à la liste et obtenir les détails de l’initiative #entrepeneursdici, cliquez ici!   

  

La première PME sélectionnée est la très jeune marque alimentaire Super Super. Fondée au début de 2019 par Stéphan Doe, l’entreprise propose des sauces pour la préparation de tartare à la maison.  

  

  

Stéphan présente la gamme Super Super comme «des solutions pour les gens qui veulent cuisiner, mais qui recherchent une simplicité et une rapidité d’exécution.» C’est une façon pour les amateurs de bonne bouffe de recréer des recettes de tartares plus complexes qu'on aurait plutôt l'habitude de voir en restaurant.  

  

Un parcours atypique  

C’est après une carrière de près de 20 ans comme réalisateur et photographe que Stéphan a décidé de se lancer en affaires. Alors que son dernier employeur vivait des difficultés et lui offrait un forfait de départ, le foodie autodidacte a sauté sur l’occasion.        

  

  

«On m’offrait les moyens de passer une année à me questionner et à repartir une nouvelle carrière. Je me suis dit, c’est le temps. Là, je le fais! Je n’avais plus de plaisir où j’étais. J’avais le goût de travailler dans la bouffe.»       

Après avoir expérimenté avec la charcuterie et aussi avoir imaginé un concept de boutique de produits fins, l’entrepreneur a finalement eu la clairvoyance de viser un projet plus accessible pour un petit nouveau dans l’industrie alimentaire.      

Et c’est là qu’est née l’idée des sauces à tartare.        

  

  

«Je n’avais pas 15 ans [devant moi] pour que ça marche».        

À 46 ans, le père de famille savait qu’il n’avait pas le luxe d’échouer. Il a donc fait appel à des gens qu’ils avaient côtoyés dans son ancienne vie pour développer ses produits et son branding.        

C’est notamment avec l’aide de Jean-Simon Petit, ex-candidat à l’émission Les Chefs, que Stéphan a élaboré ses premières recettes.        

  

Une première année en pleine croissance  

Si son entourage l’encourageait et le rassurait sur la qualité de ses préparations à tartares, Stéphan savait que le vrai test serait de promouvoir ses produits en personne devant de purs inconnus.        

«J’ai commencé à faire des dégustations. En deux fins de semaine, j’ai vendu 200 pots. Ça a approuvé mon projet. Ça m’a donné confiance.»       

  

  

C’est à force de se pointer chez des épiciers pour leur faire goûter à sa gamme de produits que la marque s’est déniché une place sur des étagères aux quatre coins de la province.        

«Je suis pas loin de 55 points de vente. En moins d’un an, pour un gars qui ne connaissait rien du milieu, j’ai réussi à tout faire par moi-même.»      

  

Et puis la pandémie  

Jusqu’à l’arrivée des mesures de confinement, Stéphan poursuivait sa tournée de séduction dans les épiceries de la province. Pour un produit niché comme le sien, le contact direct avec les consommateurs est bien souvent la meilleure façon de se démarquer.        

S’il a dû mettre fin aux dégustations abruptement, la soudaine popularité de la cuisine maison et l’engouement pour les entreprises locales sont venus sauver la mise pour Super Super.         

«À partir de la mi-mars, je n'ai plus reçu de commande. Ça a coupé carrément. J’étais un peu paniqué côté argent.»       

C’est là que la copine de Stéphan a eu la brillante idée de communiquer avec l’humoriste Daniel Grenier qui disait vouloir promouvoir des produits québécois sur ses réseaux sociaux.        

  

Je teste les produits SUPER SUPER :) https://www.facebook.com/supersupervite/ La boîte bleue,la boîte bleue, la boîte bleue !

Publiée par Daniel Grenier - SOLO sur Mercredi 15 avril 2020

  

Le jour même, ils lui ont livré les sauces Super Super et rapidement, près de 50 000 personnes avaient regardé la vidéo.        

Une publicité gratuite qui a rapporté instantanément, faisant d’avril un mois record pour ses ventes en ligne.        

Pour connaitre le reste de cette heureuse histoire de PME, écoutez l’entrevue balado ci-bas.        

  

  

Pour connaitre les points de vente des produits Super Super, consultez son site web et suivez Stéphan sur Facebook et Instagram

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux