/24m/urbanlife
Navigation

Très peu de terrains de tennis montréalais sont présentement accessibles

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les adeptes de tennis montréalais ont jubilé lorsque Québec a annoncé que les terrains pourraient rouvrir graduellement à partir du 20 mai, mais bon nombre d'entre eux n'ont finalement pas pu fouler les courts.

Sylvie Molé s’est levée tôt mercredi pour enfiler ses chaussures et sa jupe sportive. Elle a parcouru les parcs Sainte-Bernadette, le parc Beaubien et le centre Claude-Robillard pour constater à chaque endroit que les installations n’étaient pas encore accessibles.

De son côté, Mathieu Romero s'est rendu dans quelques arrondissements et est arrivé à la même conclusion. Il a dû se rendre jusqu’à Longueuil où, à son grand plaisir, il a pu taper quelques balles jaunes.

Au Stade IGA situé dans le parc Jarry, les joueurs et joueuses peuvent bénéficier de quatre terrains, indépendants de ceux de l’arrondissement. «Tous les terrains sont réservés jusqu’à vendredi», indiquait la préposée à l’accueil lors du passage du «24 Heures».

Joël Lemay / Agence QMI

Jocelyn Beaulieu, accompagné de ses deux filles, a dû rebrousser chemin à vélo lorsqu’il a appris que les terrains étaient au maximum de leur capacité. «[Les réservations] pour le golf, c’était plein. Je me disais que le tennis, ça allait être à la même chose», a-t-elle indiqué. Ses deux filles, qui étudient dans un programme de sport-études, n’ont pu recommencer à exercer leur passion, deux mois après la fermeture des parcs.

ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

Tous ces amateurs de tennis détiennent un point en commun; ils ont tenté d’obtenir de l’information des différents arrondissements, sans succès.

«Les filets sont là, mais il n’y a pas de panneau ou de pancarte. Aucun message ni employé. Je n’étais pas la seule. Ça fait longtemps qu’on attend ça», a mentionné Sylvie Molé.

«J’avais compris que le tennis était permis. Qu’il y aurait des règles à respecter et celles-ci ont été largement diffusées ! Tous les joueurs de tennis, je pense, avaient appris les règles», a-t-elle conclu, en soulignant que des villes comme Longueuil et Repentigny ont ouvert leurs terrains de tennis dès le 20 mai.

Rappelons que des mesures sanitaires ont été instaurées, comme le lavage des mains, l’interdiction du jeu en double et la réservation en ligne des terrains.

Voici quelques arrondissements où l’on peut présentement jouer au tennis:

  • Ahuntsic-Cartierville (excluant le Centre Claude-Robillard)
  • L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève
  • Pierrefonds-Roxboro
  • Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension: Stade IGA (4 terrains)

Prochainement

Samedi : Anjou, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Montréal-Nord, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (conditionnel), Lachine, LaSalle, Rivières-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Rosemont–La Petite-Patrie, Saint-Léonard (en majorité), Saint-Laurent, Sud-Ouest et Ville-Marie

Semaine du 25 mai: Plateau-Mont-Royal, Verdun: 27 mai (sauf Arthur-Therrien déjà ouvert)

Dans la semaine du 1er juin: Outremont

L’été du tennis à Montréal?

Le tennis a été l'une des premières activités sportives à pouvoir reprendre, ce qui donne bon espoir que la croissance de la popularité de ce sport dans la métropole pourrait se poursuivre.

«C’est un sport qui peut être pratiqué par toutes les générations. Il n’y en a à peu près pas de sports comme ça», a mentionné le président du conseil d’administration de Tennis Montréal, Gabriel Trottier-Hardy.

À l’heure actuelle, la phase 1 du déconfinement du tennis ne permet pas les joutes en double, ni la tenue de leçons, ni la pratique du sport à l’intérieur. Les joueurs doivent identifier leurs balles et se laver les mains avant la rencontre.

Pour le retour des leçons, quelques modifications devront être adoptées, mais rien pour décourager les apprenants. «Oui, il y a le défi des balles, mais de plus en plus, lorsqu’on regarde les manières d’enseigner, il y a beaucoup d’éléments qui se font sans que les entraîneurs touchent ou envoient les balles par eux-mêmes.» Tennis Montréal n’écarte pas la possibilité de demander aux joueurs «d’apporter une bonne quantité de balles».

Depuis quelques années, Tennis Montréal constate une hausse du nombre de joueurs. Cette dernière peut s’expliquer en partie par les performances à l’échelle internationale de joueurs canadiens comme Félix Auger-Aliassime et Bianca Andreescu. Cette dernière ne pourra être aperçue cet été à Montréal en raison de l’annulation de la Coupe Rogers, au grand dam des partisans et de Tennis Québec.

Les passionnés du sport pourront toutefois l’imiter en cette saison estivale et, qui sait, la remplacer ultérieurement. «Il y a vraiment moyen d’avoir du plaisir en famille. Par la suite, nous serons prêts en récoltant les fruits en donnant des cours pour faire une pratique qui est encore plus agréable», a conclu M. Trottier-Hardy.