/24m
Navigation

Vêtements en quarantaine : les essayages seront transformés

Vêtements en quarantaine : les essayages seront transformés
Dominick Gravel/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’essayage de vêtements sera bien différent d’avant lors de la réouverture des commerces de détail lundi à Montréal, alors que des morceaux seront par exemple nettoyés à la vapeur et mis en quarantaine entre deux essayages. 

• À lire aussi: Les gyms vont changer à cause de la COVID-19

• À lire aussi: Voici ce qui est ouvert ou fermé, permis ou interdit

Plusieurs bannières québécoises usent de créativité afin de mettre en place des mesures strictes pour accueillir les clients en magasin, comme La Vie en Rose, qui vend principalement des sous-vêtements et des maillots de bain.    

Pas question que tout le monde touche à la marchandise. «D’habitude nos clients connaissent leurs grandeurs, donc ils devront demander aux employés de manipuler les articles dans le magasin. Après l’essayage, l’employé devra prendre avec des gants ce que le client a essayé et tout passer à la vapeur pour être sûr que tout soit désinfecté. Puis, on doit remettre ces vêtements en quarantaine pour 24 heures dans le back-store, avant de le remettre sur le plancher», explique François Roberge, président des boutiques de lingerie La Vie en Rose.    

Les cabines d’essayage seront donc disponibles, mais avec des protocoles hygiéniques sévères.    

 

Vêtements en quarantaine : les essayages seront transformés
Dominick Gravel/Agence QMI

 

«On a fait des tests dans les magasins situés à l’extérieur de Montréal et on n’ouvre qu’une à deux cabines par magasin. Cela prend beaucoup d’entretien pour nettoyer une cabine, car on nettoie tout, du crochet au petit banc sur lequel la cliente s’assoit, jusqu’à la poignée de porte. Rien n’est oublié», illustre M. Roberge.    

Le détaillant Sports Experts a aussi mis en place des protocoles serrés, et pas seulement pour ses vêtements.    

«Pour notre section vélo, on permet au client en magasin de s’asseoir pour l’essayer, mais à la minute que le vélo a été manipulé ou touché, on le désinfecte avec des produits nettoyants. Dans le cas d’un vélo qui est rapporté pour un échange ou une réparation, on va le nettoyer et on va le mettre en quarantaine de 24 à 48 heures», donne en exemple Jean Thériault, vice-président directeur général de Sports Experts.    

 

Vêtements en quarantaine : les essayages seront transformés
Dominick Gravel/Agence QMI

 

Pour s’assurer que les règles sanitaires soient respectées, les magasins de chaussures Rubino Shoes fourniront sur place des bas de nylon.    

«Si un client désire essayer une paire de souliers ou de sandales, on lui demande de se désinfecter d’abord les mains et on lui donne gratuitement une paire de bas de nylon jetables qu’il doit mettre pour essayer la chaussure», affirme Angelo Rubino, vice-président de Rubino Shoes.    

Le service à la clientèle devra par ailleurs se faire en respectant le plus possible la distance de deux mètres entre clients et employés dans tous les magasins.  

 

Vêtements en quarantaine : les essayages seront transformés
Dominick Gravel/Agence QMI