/weekend
Navigation

Le rock québécois dans la langue de Molière

Coup d'oeil sur cet article

On ne compte plus le nombre de fois que la mort du rock a été annoncée. Imaginez celui en français. Pourtant, une poignée d’irréductibles musiciens ont tenu et tiennent encore bien haut le flambeau du rock québécois francophone. Cette semaine, Raphaël Gendron-Martin et Cédric Bélanger se sont donné pour mission de vous décaper les oreilles en sélectionnant quelques-unes de leurs chansons rock favorites d’ici, d’hier et d’aujourd’hui. Accrochez-vous à vos écouteurs, on part.  

Détruire, Les Marmottes Aplaties  

  

  

(Cédric Bélanger) Raphaël, j’ai décidé de t’achever en partant. En moins de deux minutes, les trop éphémères Marmottes, dans la plus punk des traditions, vont te donner envie de te projeter contre un mur en hurlant «Détruire» à pleins poumons! C’est férocement juvénile, je le concède, mais maudit que ça fait du bien.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Les pas fins, Bagnole  

La chasse est ouverte, Vulgaires Machins  

  

  

Les Vulgaires Machins
Photo d’archives
Les Vulgaires Machins

(Raphaël Gendron-Martin) C’est du départ, ça! D’accord, restons dans le punk avec l’un des groupes phares de ce genre au Québec : Vulgaires Machins. Je pourrais bien sûr nommer l’excellente Compter les corps, sur l’album du même nom, mais j’ai envie d’y aller avec le grand défouloir qu’est La chasse est ouverte. Difficile de respecter la distanciation sociale en écoutant cette pièce!   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Compter les corps, Anéantir le dogme  

Ingurgitus, Groovy Aardvark  

  

  

(CB) Même problème sélectif ici. Que choisir dans le catalogue de Groovy? Le hardcore rigodon Boisson d’avril? L’interrogative Y’a tu kelkun? J’opte finalement pour Ingurgitus, effort vocal collectif au refrain que j’adore : «le chèque, le chèque, le chèque est dans malle, le chèque est rentré, enweye à tavarne».   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Boisson d’avril, Y’a tu kelkun?  

Fille à plumes, Malajube  

  

  

Malajube
Photo d’archives
Malajube

(RGM) Je dois t’avouer que cette chanson de Groovy était très loin dans mes souvenirs. Continuons avec les gros canons : Malajube. De loin le groupe rock qui me manque le plus actuellement. Et au lieu de proposer les populaires Montréal -40 oC ou Pâte filo, je suggère la chanson qui déménage le plus de tout leur répertoire : Fille à plumes. Ça rentre au poste.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Cristobal, La monogamie  

Gros tas d’marde, GrimSkunk  

  

  

Grimskunk
Photo d’archives
Grimskunk

(CB) Pendant que tu bifurques dans l’indie, je file vers la branche ska-punk de notre rock local. Dois-je vraiment expliquer à quoi s’attendre avec un tel titre?   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : La vache, Le gouvernement songe  

Glu (coule sur moi), Zen Bamboo  

  

  

(RGM) Tes suggestions baignent dans la nostalgie, disons. J’ai plutôt envie de nous ramener dans le présent avec l’un de mes gros coups de cœur des dernières semaines : la pièce Glu (coule sur moi), du jeune groupe de la Rive-Sud de Montréal, Zen Bamboo. Un morceau suant, dégoulinant, réalisé – tiens, tiens – par Julien Mineau, de Malajube. Ici, pour une rare fois, Saint-Lambert est synonyme de rock.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Kanye, La chance  

Figure de proue, Guérilla  

  

  

(CB) Têtu comme une mule, je garde le cap sur la nostalgie et te rappelle (ou t’apprends) que le Québec a connu son courant rap-métal, gracieuseté des férocement indépendantistes Guérilla, la définition même du groupe engagé. Sur le titre choisi, qui date de la fin des années 1990, il tirait à boulets rouges sur les populistes de la radio.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : La Cible, Les Barbudos  

Piste 1, Galaxie  

  

  

Galaxie
Photo d’archives
Galaxie

(RGM) Je dois t’avouer que je suis complètement passé à côté de ce courant. Bon, je vais te ramener sur le droit chemin avec ceux qu’on a parfois qualifiés de «sauveurs du rock» dans les dernières années : Galaxie. Avec Piste 1, il y avait effectivement de quoi être renversé par le son pesant d’Olivier Langevin et ses comparses. «À cause de toi, le ciel est comme un dancefloor maléfique...»   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Dragon, Camouflar  

Enterré vivant, Fuudge  

  

  

Fuudge
Photo d’archives
Fuudge

(CB) Regarde Raph, je ne suis pas un cas désespéré, cette chanson date de... 2020. Mais elle a un doux parfum de bon vieux rock psychédélique avec une touche de grunge et de stoner (je n’en sors pas). En plus, Fuudge ressuscite ici un art perdu, celui du fade-out pour conclure une chanson.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Je sais pas comment faire avec les filles, Mourir j’aime trop ça  

J’pourrais pas vivre avec toi, Les Breastfeeders  

  

  

Les Breastfeeders
Photo d’archives
Les Breastfeeders

(RGM) Ouf, me voilà rassuré! Ah, le fade-out... c’est vrai que ce procédé s’est perdu avec les années. Je poursuis avec le groupe anachronique par excellence : Les Breastfeeders. Sur J’pourrais pas vivre avec toi, qui se trouve sur leur premier album sorti en 2004, on est convaincu d’écouter un groupe de rock garage directement tiré des années 1960 avec ses influences yé-yé.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : 400 milles, Mini-jupe et watusi  

Crabe, Les Goules  

  

  

(CB) Rien ne représente plus mal Québec la pure, Québec la conservatrice, que cette bande de rockeurs de la capitale qui, avec les moyens du bord et une production de type «on squatte le garage à papa», lâche son fou dans un délire savoureux. Un crabe de poche, vraiment?   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Biker, Coat de cuir  

Gisèle, Xavier Caféïne  

  

  

Photo d’archives

(RGM) Autant Les Goules représentent Québec, autant Xavier Caféïne représente Montréal à mes yeux. Même s’il vient de Gatineau, on pouvait apercevoir le rockeur chaque semaine dans les salles et bars de la métropole il y a une quinzaine d’années. Sur Gisèle, de l’excellent album du même nom, Caféïne a ainsi su cristalliser le milieu des années 2000 à Montréal où tout semblait encore permis.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : 1-2-3-4, Montréal (Cette ville)  

Héros ou ennemi, Oktoplut  

  

  

(CB) La formule «un guitariste et un batteur qui sonnent comme s’ils étaient douze» est devenue un standard rock qu’Oktoplut exploite ici avec une redoutable efficacité. Pour ceux qui ne les connaissent pas, Héros ou ennemi est une porte d’entrée parfaite à l’univers lourd de Laurence Fréchette et Mathieu Forcier.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Sans compromis, Le calme pivote  

7021, Barrasso  

  

  

(RGM) Comme dernière suggestion, je retourne au punk avec le sous-estimé groupe Barrasso. Sur 7021, la formation nous sert une musique très efficace inspirée du punk old school. Les musiciens – amateurs de hockey notoires – n’hésitent visiblement pas à «aller dans les coins» avec ce brûlot plutôt costaud.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Coup de dés, Patchiko-Lala  

Bamboula, Les Trois Accords  

  

  

(CB) De mon côté, je conclus avec ce titre que j’avais découvert avec un sourire en coin en raison de son rythme nerveux à la Joy Division, référence évidente et jouissive pour le fan que je suis. Ça permet aussi d’ajouter un peu de star power à ma sélection.   

Photo d’archives

À écouter du même artiste : Exercice, Nuit de la poésie  


Les albums et la liste sont disponibles pour écoute à musique.qub.ca