/sports/opinion/columnists
Navigation

Question sans réponse

Coup d'oeil sur cet article

La question était pertinente. Le premier ministre François Legault a demandé à Marc Bergevin une réponse à deux options : « Pensons-nous en fonction de la conquête de la coupe Stanley à court terme ? Si oui, on garde Price et Weber. Si on pense à moyen terme, on échange Price et Weber ? » Qu’en pensez-vous Marc ?

« Monsieur le premier ministre, je vous attends pour un café. »

Comme quoi Marc Bergevin a de belles aptitudes pour la politique.

Pour l’instant, le directeur général du Canadien va miser sur son gardien et son défenseur étoile pour une aventure qui lui donne l’impression d’avoir gagné à la loterie.

Il ne pensait jamais que son équipe, malgré des ratés à répétition au cours de la dernière saison, aurait une chance de participer au grand tournoi de fin de saison. Encore mieux, son équipe fait peur. Oui, oui. Quelle formation aimerait affronter Carey Price dans une courte série ?

Les Penguins de Pittsburgh vivront l’expérience. C’est le tableau du protocole de retour au travail que propose le comité chargé de dresser les grandes lignes pour compléter finalement une saison mise sur pause depuis le 12 mars.

Transgresser les règlements

Pour les partisans du Canadien, il y a de quoi se réjouir. Même pour le premier ministre, qui nous donne une belle leçon de leadership depuis trois mois. On reconnaît les vrais chefs de file face à l’adversité.  

Or, Marc Bergevin sait très bien que le hockey professionnel est en difficulté. Il doit trouver des moyens pour amenuiser les pertes colossales qu’engendre la pandémie, et malheureusement, il doit enfreindre ses propres règlements.

Comme ajouter huit formations à une formule des séries modifiée ? Notamment le Canadien et les Blackhawks de Chicago, deux formations éliminées, selon les règlements en vigueur dans la ligue.

Ce sont deux équipes qui génèrent des revenus exceptionnels. Deux organisations de prestige. Et dans le cas de Montréal, y a-t-il une équipe qui possède un auditoire aussi imposant ? Les résultats aux heures de grande écoute sont souventes fois supérieurs à tous ceux des autres formations de la ligue.

Et Chicago ? Le réseau NBC, qui devait présenter les Jeux olympiques d’été, avait besoin des équipes évoluant dans de grands marchés comme les Blackhawks...

Miser sur la télé

Et puisque les matchs seront disputés devant des gradins inoccupés, il faut donc convaincre les amateurs de regarder la télé, en pleine canicule, en juillet, et Montréal et Chicago représentent des marchés attrayants.

La meilleure solution, c’était de fermer les livres et de préparer la prochaine saison. Mais pour les propriétaires, il n’en était pas question. Par conséquent, n’aurait-il pas été préférable d’oublier la saison régulière et opter pour les séries éliminatoires utilisant comme point de repère le classement des équipes au 12 mars ? Certains avaient suggéré d’établir un classement en se référant aux 68 premiers matchs de la saison.

Mais quand on lutte pour sa survie, on prend des décisions audacieuses.  

Au fait, j’espère que le premier ministre a obtenu une réponse de Marc Bergevin. Mais j’aime bien la deuxième option proposée par monsieur Legault. 

À moins que Carey Price ne change la donne.