/news/education
Navigation

Super profs de la pandémie: biscuits et jeu d’évasion pour apprendre

Les élèves de cet enseignant en maths de secondaire 1 restent motivés grâce à sa créativité

Journaliste
Photo courtoisie Créatif, Martin Pagé a misé sur des activités ludiques mettant à profit les mathématiques plutôt que sur les livres didactiques pour éduquer ses élèves durant la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

Jeu d’évasion en ligne, recettes de biscuits, activités de géolocalisation : un prof de mathématiques a délaissé les livres didactiques et usé de créativité pour motiver à distance ses élèves de secondaire 1.  

• À lire aussi: Super profs de la pandémie: des perles rares 

Dès l’annonce du confinement au Québec, ne sachant précisément à quel moment ni même s’il retrouverait ses élèves en classe, Martin Pagé s’est mis en action. « Je me suis dit : je vais les préparer pour l’an prochain », expose l’enseignant du Collège de Champigny, à Québec.  

M. Pagé a complètement repensé son plan de cours et a mis à profit les outils en ligne, d’autant que ses quelque 130 jeunes étaient déjà équipés de iPad. Déjà peu friand des cours magistraux, il a multiplié les recherches afin de trouver des activités qui lui permettraient de « faire des maths autrement, sans nécessairement juste être dans l’exécution de calculs ».  

Aux fourneaux !  

Martin Pagé a tout d’abord envoyé ses élèves aux fourneaux, pour leur faire mettre en pratique les proportions. « Ils devaient transformer une recette de 256 biscuits en une recette pour 32. Et par la suite, je leur demandais de m’envoyer des photos de leur réussite », expose-t-il, affirmant que 80 % de ses élèves avaient embarqué dans l’activité, bien que facultative.   

Les jeunes ont aussi été invités à se prêter à un jeu de type Guess Who?. L’objectif ? Faire deviner à un autre élève une forme géométrique choisie, en utilisant un langage mathématique.   

À l’aide de Google Maps, ils ont eu à réaliser différents trajets en taxi, en respectant un itinéraire et un budget. Il a ensuite eu l’idée de créer un jeu d’évasion, mettant en vedette les maths.   

« Je me suis mis là-dedans quand les enfants se sont couchés. Je n’ai pas vu les heures passer, j’ai fait ça jusqu’à 2 heures du matin » illustre-t-il.  

Des heures de travail  

La pandémie a évidemment transformé l’horaire de travail de l’enseignant, qui ne fait plus du traditionnel 8 à 4. De nature optimiste, Martin Pagé voit tout de même du bon dans la situation actuelle pour sa profession.   

« Le fait de travailler à distance nous oblige justement à se repenser et à faire en sorte qu’on crée des choses qui, je l’espère, vont rester. Parce que je pense que les élèves aiment ça aussi, de faire des choses différentes », termine-t-il.    

Martin Pagé   

  • Âge : 42 ans  
  • École : Collège de Champigny  
  • Québec  
  • Années d’expérience : 18 ans  
  • Niveau : Mathématiques – Secondaire 1