/weekend
Navigation

Télétravail: soutenir les gens à partir de son domicile

GEN-covid-19
Photo courtoisie Carolyn Brousseau est la fondatrice de La Clinique Virtuelle qui offre des services d’intervention psychologique en ligne.

Coup d'oeil sur cet article

Après six années en cabinet privé, Carolyn Brousseau a décidé d’offrir ses interventions psychologiques uniquement en ligne, en février 2019. Avec l’essor que connaissent les services de La Clinique Virtuelle depuis le début de la pandémie de COVID-19, la fondatrice n’a pas l’intention de retourner en arrière.  

Aux balbutiements de son projet, sa seule crainte « était que les clients n’aient pas d’endroit où consulter. » Cela n’avait donc rien à voir avec les aspects techniques liés à sa pratique.   

« Les technologies sont là aujourd’hui et ce n’est pas quelque chose qui est compliqué, explique-t-elle. Avoir des connexions et des logiciels 100 % sécurisés, il n’y a pas d’inquiétude en 2020. Tout ce que ça te prend, c’est un portable, une tablette ou un cellulaire, et tout le monde a ça. »   

Avantages importants  

Pour cette entrepreneure et intervenante psychosociale diplômée en travail social, les aspects positifs du télétravail sont concrets. En plus d’être libérée finan-cièrement d’un poids certain – plus de loyer à payer –, elle adore la latitude que cela lui procure.   

« Tu es capable de travailler n’importe où ; tu as donc plus de plages horaires, souligne-t-elle. Faire des consultations de soir me dérange bien moins qu’avant [...] J’ai un bureau conforme et confidentiel, qui est directement dans ma maison. Quand j’ai des crises d’urgence, quand j’ai des clients qui m’appellent et qui ne vont vraiment pas bien, qui ont besoin d’une consultation maintenant, je suis capable de répondre dans l’immédiat. »   

De plus, la liste des tâches qu’il est possible d’effectuer pour Carolyn Brousseau – qui se consacre maintenant au développement La Clinique Virtuelle – et la trentaine de professionnels de la santé est tout aussi longue que dans un bureau.   

« Ce n’est pas par téléphone ; c’est par ordinateur. On se voit. Avec nos logiciels de télécommunication, on peut faire des partages d’écran, se montrer des documents, signer des choses. Il n’y a aucune limitation. »   

Le stress en moins  

Créé pour assurer un suivi à ses clients québécois francophones alors qu’elle se trouvait aux États-Unis ou chez elle, en Abitibi, son service de téléconsultation a rapidement généré un enthousiasme de la part de ses patients. Ces derniers étaient eux aussi délestés d’un stress.   

« Même quand je revenais, mes clients appréciaient le service à distance parce que ça les libérait eux aussi de se déplacer, et ça offrait une meilleure confidentialité. Je viens d’une région éloignée – l’Abitibi –, alors quand tu attends dans une salle pour aller parler à ton psychologue, il y a de fortes chances que tu croises quelqu’un que tu connais. »   

« Pas tout le monde est à l’aise d’aller s’asseoir dans le bureau d’un psychologue, rappelle Carolyn Brousseau. C’est toujours plus le fun de pouvoir consulter chez soi, dans l’endroit où on est confortable, en pyjama, si on veut. »   

À ceux qui seraient réticents à obtenir de l’aide uniquement sur le web, elle répond qu’« il y a énormément d’études qui démontrent que la téléconsultation crée les mêmes effets positifs que le suivi en bureau. »   

Outre les différents services psychologiques fournis par des psychologues, travailleurs sociaux, psychoéducateurs, ergothérapeutes et bientôt des médecins, La Clinique Virtuelle (clinique-virtuelle.com) vend aussi des produits thérapeutiques.    

3 conseils pour être productif chez soi   

1 Reproduire son environnement de travail  

« Imposez-vous la même routine que vous vous imposeriez au travail, dit Carolyn Brousseau. Ça arrive souvent que les gens disent : ah, je suis à la maison, je prends mon café relax et je reste en pyjama et je travaille en pyjama. C’est la pire chose à faire parce que tu ne peux pas demander à ton cerveau d’être productif quand tu es habité par un sentiment de vacances. »   

2 Avoir un endroit calme  

 « Assure-toi d’être dans un endroit où tu es capable de fermer la porte, où la télé est fermée, et que tu n’es pas en train de faire une brassée de lavage. Ta brassée, tu ne la ferais pas si tu étais au travail [...] Ça permet d’éviter les distractions que tu n’aurais pas normalement au travail. »   

3 Alimenter son côté social  

« Si, normalement, tu prends toujours un temps de pause de 10 h à 10 h 30 au bureau [...], il n’y a rien qui t’empêche de prendre un café et d’appeler ta mère ou ta collègue de travail en FaceTime. Les communications par téléphone ou FaceTime viennent jouer le même rôle ; on sent qu’on est en interaction avec un autre être humain même si on ne peut pas le toucher. Ça fait autant du bien et ça brise l’isolement. »