/opinion/columnists
Navigation

«Salut Bonjour Week-end»: une équipe vouée au boulot

Salut bonjour week-end
Photo courtoisie « On le sait qu’on peut être générateurs d’un moment, d’une discussion, d’un fou rire, d’un sourire, et ces temps-ci, il me semble que c’est encore plus important », souligne l’animatrice Ève-Marie Lortie.

Coup d'oeil sur cet article

Produire une émission réseau de qualité qui rejoint des centaines de milliers de téléspectateurs, et ce, dans des conditions sécuritaires, relève du défi depuis mars. C’est précisément ce qu’accomplit avec brio l’équipe de Salut Bonjour Week-end, à Québec. 

«Je le savais déjà, mais ça me confirme que c’est une équipe vraiment dévouée, se réjouit Ève-Marie Lortie, la voix empreinte de fierté à l’autre bout du fil. Toutes les fins de semaine, on n’a jamais lâché, et j’aimerais ça que les gens de Québec s’en souviennent.» 

L’animatrice, qui termine sa huitième année à la barre de l’émission, ne tarit pas d’éloges envers l’équipe de production, les techniciens et les collaborateurs qui sont fidèles au poste.  

«Non seulement les gens rentrent au travail, mais ils se sentent investis d’une mission, dit-elle. On est là pour informer, divertir, rassurer, et on sent qu’on répond encore plus à un besoin présentement. Nos cotes d’écoute sont très fortes». 

En temps normal, ce sont 26 personnes qui se retrouvent dans les studios de Québec pour participer à l’émission. Évidemment, TVA a rapidement mis en place des règles pour éviter les déplacements.  

Les collaborateurs qui se trouvent dans la région montréalaise participent donc, depuis le mois de mars, à partir d’un plateau à Montréal. Diverses mesures de sécurité ont aussi été mises en place. 

Esprit d’équipe 

«Nous avons eu à prendre des décisions très rapidement, à changer notre façon de travailler, et à apprivoiser de nouvelles plateformes de diffusion», énumère l’animatrice. 

Si bien qu’Ève-Marie Lortie s’avère désormais la seule personne qui se retrouve devant la caméra dans le studio à Québec. Une situation inédite, car habituellement ça se passe en groupe, avec toute l’ambiance que cela suppose! 

«Quand on travaille dans une salle de nouvelles et de création, on aime ça être proches, on est contents de se voir, donc c’est très différent.» 

Son esprit d’équipe, depuis la crise, passe par les techniciens, confie l’animatrice. «Ils sont extraordinaires, s’exclame-t-elle. Je me retrouve comme quand j’étais une jeune lectrice de nouvelles, où tout se passe dans ton oreille (avec l’oreillette)», dit celle qui a commencé sa carrière comme journaliste à TVA-Québec en 1996. 

Elle peut aussi compter sur un nouveau superviseur de contenu, à Québec. François Cormier, qu’on a longtemps vu comme journaliste à la télé, s’est joint à l’équipe pratiquement avec le début de la crise. «C’est tout un allié, qui a plein de contacts et beaucoup d’expérience de terrain, mentionne-t-elle. Ça nous prenait quelqu’un des ligues majeures comme lui.» 

Au départ, il y a eu la peur, le stress, un peu comme tout le monde. L’équipe s’est aussi demandé si elle devait continuer à présenter des chroniques plus légères, à parler de cuisine. «Oui, mais il faut tout le temps balancer, répond Ève-Marie Lortie. On est sérieux, mais ça fait du bien aussi de changer les idées.» 

Papillons dans l’estomac 

L’animatrice doit faire sans sa styliste, qui a malgré tout réussi à lui procurer de nombreux vêtements avant le confinement. Elle se coiffe et se maquille seule depuis deux mois. En télévision, on ne peut vraiment pas passer à côté de ces détails. «Mais demandez-moi pas de me tourner, je suis coiffée juste de face», raconte-t-elle en riant. 

Plus sérieusement, tout ce beau monde qui normalement l’entoure lui manque cruellement.  

Mais encore aujourd’hui, après huit ans, quand le thème de Salut Bonjour démarre, Ève-Marie Lortie a des papillons dans l’estomac et les mains moites. Parce qu’elle veut toujours être à la hauteur, et plus encore en cette période inimaginable. «Ça met une pression supplémentaire, dit-elle. Plus que jamais, les gens ont besoin d’authenticité, et c’est ce qu’on veut leur donner.»