/opinion/columnists
Navigation

Vive les droits de l’âme

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, les Québécois ont reconquis le droit de faire des barbecues. Ils pourront fraterniser dans leur cour et trinquer pour célébrer cette liberté retrouvée. Désolons-nous pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une terrasse, un balcon, un terrain.

Tôt ou tard, nous devrons retrouver le droit d’inviter des amis chez soi.

S’il nous faut intégrer de nouvelles habitudes à notre quotidien, soit les fameux gestes barrières, il faut se délivrer du fantasme régressif du confinement éternel. On ne saurait durablement vivre en zombies, terrés chez soi pour fuir les diaboliques gouttelettes contaminantes, sans finir par dépérir mentalement. 

Nous saurons nous adapter.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Trinquer

Si le confinement du printemps nous a rappelé une chose, c’est l’importance vitale de l’amitié.

Il y avait quelque chose de laid dans les différentes histoires de dénonciation qui ont percé dans les médias.

Qu’on signale à la police une grosse fête en plein confinement, ça se comprend.

Qu’on dénonce aux autorités ses voisins à la manière d’une sale petite balance parce qu’ils ont cédé au plaisir d’une soirée fraternelle, c’est moche, très moche.

Qu’on se comprenne bien : je ne dis pas qu’il ne fallait pas respecter le confinement. Je dis que la surveillance généralisée de tous par tous qui l’accompagne est toxique et révèle la moins belle part du cœur humain.

Amitiés

Mais j’y reviens : nous aurons de nouveau le droit de boire entre amis en parlant dans la même conversation des affaires du monde et de la dernière rumeur politique, dans le beau désordre d’une conversation anarchique.

Nous aurons même le plaisir de prendre un dernier verre, le verre de trop, celui qui transforme une soirée en fête, ce bel excès qui nous rappelle que les petits luxes relèvent en fait de l’essentiel, parce que sans eux, la vie serait sans sel.

Cet été, nous restaurerons les droits de l’âme.