/finance/business
Navigation

Laliberté veut racheter le Cirque du Soleil

Mais il précise que ce ne sera pas à n’importe quel prix

ART-LEGS-CIRQUE-DU-SOLEIL
Photo d'archives Le cofondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, que l’on voit ici lors d’un événement caritatif en 2017, a vendu ses parts restantes, 10 % des actions, en février 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Le fondateur du Cirque du Soleil Guy Laliberté veut racheter l’entreprise qu’il a créée, mais seulement « à juste prix ». 

«Après mûre réflexion, j’ai choisi de suivre mon cœur et c’est avec confiance que je me lance dans le processus de relance, entouré d’une super équipe interne et externe, et fort de l’appui du public, de grands créateurs d’ici et de la communauté Cirque», a affirmé celui qui a longtemps dirigé ce fleuron québécois par communiqué dimanche soir. 

Disant avoir un plan d’affaire solide pour mettre la main sur le fleuron québécois qui est miné par une dette colossale et l’arrêt de ses spectacles à cause de la COVID-19, celui qui a fondé Lune Rouge et la Fondation One Drop plonge dans l’acquisition du Cirque avec un groupe d’investisseurs.  

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à l'émission Politiquement incorrect, sur QUB Radio:

Il n’a cependant fourni aucun détail à ce sujet et sa porte-parole Anne Dongois a seulement précisé par téléphone qu’« il ne se lance pas seul ». 

Discussion avec des investisseurs 

Toutefois, selon des sources du Journal, Guy Laliberté serait en discussion avec des investisseurs étrangers pour reprendre les rênes de l’entreprise qui est plombée par une dette de plus d’un milliard de dollars. 

Celui qui dirigé le Cirque pendant longtemps ne compte pas acheter les yeux fermés. 

« Cette relance devra se refaire à juste prix. Et non pas à tout prix », a mentionné celui qui n’est plus actionnaire depuis février lorsqu’il a vendu les 10 % qu’il détenait encore à la Caisse de dépôt et placement du Québec. 

Menacé de faillite 

L’institution montréalaise est menacée de faillite puisqu’elle n’engrange presque aucun revenu avec l’arrêt de tous ses spectacles en raison de la pandémie.  

Ayant licencié en mars 95 % de son personnel, soit 2600 employés, le Cirque pourrait se mettre à l’abri de ses créanciers pour se restructurer. 

Le conseil des ministres du Québec a déjà autorisé vendredi un prêt de 279 millions $, une somme qui permettrait au gouvernement de prendre part à la restructuration avec les actionnaires actuels, selon des sources du Journal

La Caisse de dépôt et placement du Québec et la firme chinoise Fosun Capital Group détiennent 20 % chacun du Cirque du Soleil. Son actionnaire principal, à 60 %, est le fonds d’investissement américain TPG Capital. 

-Avec la collaboration d’Yves Daoust