/news/consumer
Navigation

Enfin le retour des emplettes en magasins

Coup d'oeil sur cet article

Les mesures sanitaires mises en place n’ont pas empêché les friands de magasinage de retrouver leurs commerces de détail favoris dans la grande région de Montréal, hier. Le Journal était sur place pour cette réouverture attendue.   

• À lire aussi: La rue Sainte-Catherine se réveille et les clients sont au rendez-vous  

• À lire aussi: Les restaurateurs descendent avec leurs casseroles dans la rue  

• À lire aussi: Les centres d’achats en région rouvriront le 1er juin 

Pas touche !   

Photo Pierre-Paul Poulin

Certains commerçants ont choisi de ne pas laisser les clients manipuler la marchandise en raison de la COVID-19.   

La boutique de jouets Imaginus au Quartier DIX30 à Brossard, sur la Rive-Sud, qui était connue pour laisser les enfants s’amuser avec les démonstrateurs, a pris cette décision.   

« Nous les avons tous rangés au début de la pandémie », nous a expliqué la propriétaire Karine Richer, qui était en compagnie de Johanne Saint-Germain, une cliente.   

Elle songe d’ailleurs à empêcher les enfants de moins de 8 ans d’entrer s’ils ont du mal à respecter les consignes sanitaires.   

Les magasins de soins corporels et de cosmétiques ne laissent plus les clients tester les produits.   

« Plutôt que de permettre aux clientes de toucher, nous privilégions une approche didactique où les associées vont montrer aux clients comment appliquer les produits sur des croquis de visages », explique Jessie Reed, spécialiste en communications corporatives pour La Baie d’Hudson.   

– Maude Ouellet et Catherine Genest, Agence QMI  

Des vêtements en quarantaine   

Photo Maude Ouellet

Dans les boutiques de vêtements, on a privilégié les boîtes de quarantaine pour ne pas avoir à tout laver.   

Au Vero Moda du Quartier DIX30 à Brossard, sur la Rive-Sud, pantalons, hauts et robes sont manipulés uniquement par les vendeuses.   

« Une fois en cabine, les clients laissent les vêtements qu’ils n’achèteront pas dans une boîte à cet effet », a précisé la gérante de la succursale, Annie Beauchemin (au centre de Meganne Costa et Nika feradji).   

Pour ce qui est des magasins Tristan, les clients doivent apporter eux-mêmes les vêtements choisis à la cabine d’essayage. Les morceaux essayés qui ne sont pas vendus sont nettoyés à la vapeur.  

– Maude Ouellet  

Port du masque variable  

Photo Maude Ouellet

La plupart des employés des commerces visités par Le Journal portaient des équipements de protection, comme le couvre-visage, la visière et même les gants. C’était toutefois différent pour la clientèle.  

Au Premium Outlets Montréal, situé à Mirabel sur la Rive-Nord, entre 10 à 15 % des consommateurs rencontrés portaient un masque en matinée, selon notre estimation.   

Au Centre Laval, c’était davantage un client sur deux qui était masqué.   

Au Quartier DIX30 à Brossard, c’était moins de la moitié des gens qui portaient un masque, comme Annie Trépanier et Karolane Braban.  

La Santé publique recommande pourtant de porter un couvre-visage dans les lieux publics, surtout lorsque la distanciation physique de deux mètres n’est pas possible.   

– Cédérick Caron  

Encore fermés  

Photo Cédérick Caron

Même si le gouvernement a autorisé la réouverture des commerces avec une porte d’entrée extérieure depuis hier dans le Grand Montréal, ce ne sont pas tous les magasins qui étaient ouverts.  

Au Quartier DIX30, environ la moitié des boutiques étaient fermées. Au Premium Outlets Montréal, les portes de près de 20 % des commerces étaient closes.  

Plusieurs semblaient se préparer pour une ouverture dans les prochains jours, comme la boutique de chaussures Aldo de Mirabel.   

Certains étaient toujours fermés parce qu’ils attendaient encore des équipements de protection afin de bien servir leur clientèle.   

– Cédérick Caron  

Des commerces locaux déserts  

Photo Maude Ouellet

Si plusieurs ont juré acheter local au début de la pandémie, cet engagement semblait avoir été vite oublié hier.   

Les commerces locaux de l’avenue du Mont-Royal étaient pour la plupart déserts, tandis que de longues files s’étiraient devant les grandes bannières du centre-ville.   

Certains vendeurs attendaient avec impatience de rencontrer des clients.   

« C’est une première, c’est le moins qu’on puisse dire », a indiqué Svetlana, vendeuse pour la boutique de bijoux et de montres Maha Lakshmi à Montréal.   

Vanessa Lachance, propriétaire du magasin Signé Local au Quartier DIX30 à Brossard, semblait elle aussi déçue du faible achalandage.   

« Heureusement, les achats en ligne vont encore très bien », a-t-elle confirmé.    

– Maude Ouellet et Alex Proteau, Agence QMI   

Déçus par le commerce en ligne   

Photo Maude Ouellet

Pour plusieurs clients rencontrés au Quartier DIX30, l’achat en ligne était difficilement envisageable.   

C’est le cas de Monique Bérubé venue acheter des chaussures.   

« J’ai une épine de Lenoir. Je dois absolument essayer les souliers avant d’acheter quoi que ce soit », a expliqué la résidente de La Prairie.   

Pour Mégan qui faisait la file devant la boutique Thyme maternité, difficile aussi de se procurer des vêtements sur internet.   

« Je suis enceinte de mon premier enfant et je ne connais pas ma grandeur », a-t-elle indiqué.   

Victor Lussier, accompagné de Julia Fortin, attendait quant à lui toujours les shorts qu’il avait commandés il y a un mois sur le web.   

« Il annonce plus de 30 degrés cette semaine. Je ne voulais plus attendre », a-t-il précisé.   

– Maude Ouellet