/qubradio
Navigation

Le CH ne placera pas des bâtons dans les roues de Québec, selon Serge Savard

Le CH ne placera pas des bâtons dans les roues de Québec, selon Serge Savard
Sébastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien de Montréal ne peut empêcher le retour éventuel d'une équipe dans la ville de Québec, soutient l'ancien défenseur et directeur général du CH Serge Savard. 

• À lire aussi: Badaboum savait tout du grand départ des Nordiques

C'est du moins ce qu'il a affirmé dans une entrevue à l'émission Franchement Dit sur QUB radio pour souligner le 25e anniversaire du départ des Nordiques pour le Colorado.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue complète, ici : 

«Une équipe ne peut pas empêcher [la venue] d'une nouvelle concession si c'est la volonté de la Ligue nationale de hockey (LNH). Le Canadien ne pourra jamais empêcher ça. Publiquement, ce serait une honte. Si la ligue décide d'aller à Québec, Montréal sera d'accord», a affirmé l’homme de 74 ans.  

Savard a aussi indiqué qu’il croyait que la pandémie de coronavirus pourrait permettre à la Vieille Capitale de récupérer un club du circuit Bettman.  

«Je pense qu’avant la COVID, le contexte devenait de plus en plus difficile pour le retour d’une équipe à Québec. Avec la situation économique que nous vivons, je pense qu’il y a de meilleures chances, a-t-il dit. Je ne peux pas la mettre en pourcentage, mais c’est mon opinion personnelle. Je pense qu’il y a des équipes qui vont être en mauvaise posture. La LNH elle-même va être en moins bonne posture qu’elle l’était avant.  

Un secret de Polichinelle

L’ancien capitaine du Tricolore a également expliqué qu’il n’a pas été pris de court par le déménagement des Nordiques en 1995, au moment où le mot se passait dans la LNH.  

«Il n’y avait pas de surprise. À l’interne dans la LNH, nous savions que l’entente était sur le point d’être faite, ce n’était pas juste des rumeurs. Nous avions beaucoup d’informations selon lesquelles l’équipe allait être vendue à Denver. À ce moment-là, il n’y avait pas de plafond salarial. Je pense que les Nordiques et Marcel Aubut ne voyaient pas le jour de la rentabilité.»

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions