/finance/business
Navigation

Québecor toujours dans la course pour faire revivre le Cirque du Soleil

Coup d'oeil sur cet article

Québecor a réitéré lundi son intérêt pour relancer le Cirque du Soleil qui est au bord de la faillite.  

• À lire aussi: Laliberté veut racheter le Cirque du Soleil

• À lire aussi: «On veut que le Cirque redevienne québécois», dit François Legault

• À lire aussi: Cirque du Soleil: des contractuels réclament un million $ en factures impayées

Dans une déclaration écrite, le président et chef de la direction du conglomérat a insisté sur l'importance que le Cirque redevienne québécois.   

«En plus de maintenir chez nous ce lieu de création et son centre décisionnel, nous croyons fermement à l'importance de ramener sa propriété au Québec qui a forgé son identité», a déclaré Pierre Karl Péladeau.  

«La solution proposée en sera une à majorité québécoise, génératrice de valeur pour la société et la culture québécoise comme Québecor y est investie depuis des décennies», a-t-il précisé.  

Guy Laliberté

En 2015, Guy Laliberté a vendu la quasi-totalité de ses actions dans le Cirque à des intérêts majoritairement étrangers.   

Aujourd'hui, la firme chinoise Fosun et le fonds américain TPG détiennent ensemble 80% du fleuron québécois.  

Dimanche, M. Laliberté a manifesté son intérêt pour racheter l’entreprise après avoir vendu ses dernières actions à la Caisse de dépôt en février dernier.   

Le fonds américain Providence Equity Partners serait aussi sur les rangs selon le quotidien The Globe & Mail.  

Relance

Le cofondateur du Cirque du Soleil, Gilles Ste-Croix, a confié que le retour potentiel de Guy Laliberté risque d’attiser l’intérêt d’investisseurs potentiels.   

«Le fait que le fondateur soit intéressé à revenir, ça a une influence sur des gens qui veulent participer à la relance», a-t-il fait valoir dans un entretien accordé à TVA Nouvelles,  

«Ça va se colletailler», prévoit celui qui a pris sa retraite de l'entreprise en 2014.   

Même si le Cirque est au bord de la faillite avec sa dette qui avoisine 1 milliard de dollars, son identité de marque vaut se pensant d'or, croit M. Ste-Croix.  

Contrairement à son ami Guy Laliberté, avec qui il a discuté la semaine dernière, Gilles Ste-Croix n'affiche aucune intention de reprendre du service, admettant que la tâche de faire revivre le Cirque sera titanesque.