/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Application contre la COVID-19: Louise Arbour s’implique

Application contre la COVID-19: Louise Arbour s’implique
Photo d'archives Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L'ex-juge de la Cour suprême du Canada Louise Arbour se joint au projet d'application mobile COVI, développée par le chercheur en intelligence artificielle Yoshua Bengio et ses collaborateurs. 

• À lire aussi: Accepterez-vous d’être surveillé par votre téléphone?  

• À lire aussi: Protection de la vie privée: l’application de traçage suscite des craintes 

Mme Arbour devient présidente honoraire de COVI Canada, le nouvel organisme à but non lucratif indépendant qui va s'assurer de la protection de la vie privée et des droits de la personne des citoyens qui téléchargeront l'application COVI. 

Mise au point en deux mois, COVI permet de se protéger des personnes infectées en utilisant un téléphone cellulaire. Ainsi, si une personne passe près de quelqu’un de très contagieux, le téléphone va indiquer un niveau de risque plus élevé et donnera des recommandations sanitaires en ce sens. Les données seront stockées au Canada et supprimées régulièrement. 

«COVI Canada a une mission bien définie de protection de la santé, de la vie privée et de la dignité des citoyens», a dit dans un communiqué Louise Arbour, qui a aussi été haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme de 2004 à 2008. 

«L'application offre des outils aux citoyens pour leur donner un pouvoir d'action sur leur bien-être personnel et celui de notre société. Son modèle de gouvernance est construit autour des valeurs fondamentales de responsabilité et de transparence. Je me sens très interpellée par ce projet et suis heureuse de m'y joindre pour soutenir la lutte contre la COVID-19», a-t-elle ajouté. 

Outre Mme Arbour, l’organisation a annoncé que Louise Otis serait présidente du conseil d'administration. «Selon l'Université d'Oxford, l'approche utilisée par COVI est la plus efficace pour contenir la pandémie et pourrait avoir un impact significatif sur le nombre de vies sauvées, a mentionné Mme Otis. De plus, c'est une solution technologique qui sera ouverte, accessible à tous, et qui place la protection des droits de la personne au cœur de sa démarche.» 

Développée par le directeur scientifique à l’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila) Yoshua Bengio et son équipe, l'application COVI ne sera pas utilisée à des fins commerciales ou vendue à des entreprises privées, a-t-on spécifié.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.