/world/america
Navigation

Brésil: plus de 1000 morts du coronavirus en 24h

Coup d'oeil sur cet article

RIO DE JANEIRO | Le Brésil a enregistré 1039 morts du coronavirus en 24 heures, a annoncé mardi le ministère de la Santé, un bilan qui dépasse le millier de victimes pour la 4e fois depuis l’accélération de la pandémie la semaine dernière.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

• À lire aussi: Bolsonaro et la pandémie au Brésil: comme Trump, en pire 

• À lire aussi: Le Brésil maintient l’utilisation de l’hydroxychloroquine 

Le plus grand pays d’Amérique latine, nouvel épicentre de la pandémie, déplore désormais 24 512 morts, selon les chiffres du ministère, qui sont, d’après la communauté scientifique, très largement sous-évalués.  

Durant les quatre derniers jours, jusqu’à lundi, le Brésil a été le pays au monde à déplorer le plus grand nombre de morts quotidiens de la COVID-19, dépassant pour la première fois dans ce bilan les États-Unis, pays le plus touché (près de 100 000 morts).  

Le bilan quotidien américain n’avait pas encore été publié mardi quand sont tombés les chiffres brésiliens.  

Le Brésil cumule 391 222 cas confirmés de contamination, pour une population de 210 millions d’habitants.  

Les deux États brésiliens les plus sinistrés sont ceux de Sao Paulo et de Rio de Janeiro, où les services hospitaliers de soins intensifs sont très proches de la saturation, de même que dans plusieurs États du Nord et du Nord-Est.  

Sao Paulo déplorait mardi soir 6423 morts et plus de 86 000 cas de contamination, et Rio, où la progression est très vive depuis une semaine, 4361 décès et plus de 40 000 cas.  

Ces deux États ont décrété depuis la fin mars un confinement de leur population, malgré la farouche opposition du président Jair Bolsonaro. Mais cette mesure n’est assortie d’aucune coercition et ne suffit pas à endiguer la propagation de la pandémie.  

Lundi, le ministère brésilien de la Santé a annoncé qu’il maintiendrait sa recommandation d’utiliser l’hydroxychloroquine pour traiter le nouveau coronavirus, malgré la décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de suspendre temporairement les essais cliniques avec ce médicament par mesure de précaution.