/news/health
Navigation

La FIQ rejette en bloc les offres du gouvernement Legault

La présidente de la FIQ Nancy Bédard
Photo d'archives, Simon Clark La présidente de la FIQ Nancy Bédard

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a rejeté à l’unanimité, mardi, les dernières offres du gouvernement de François Legault, qualifiées d’inacceptables et d’insultantes. 

Toutes les déléguées de la FIQ, autant du secteur public que privé, ont dit non aux propositions présentées par la Coalition avenir Québec, au pouvoir à Québec. 

«Nos militantes sont offensées et leur message est clair: nous ne signerons jamais une entente à rabais. Nous sommes très loin d'une entente, il n'y a absolument rien pour les professionnelles en soins dans cette offre», a affirmé la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, par communiqué. 

«Depuis des années, elles tombent au combat, elles sont surchargées, épuisées, elles sont en détresse psychologique. Il faut trouver des solutions durables et nous en avons proposé plusieurs», a-t-elle ajouté. 

Alliée à l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dans cette négociation en vue de fixer les conditions de travail d’une grande partie du personnel syndiqué dans le domaine des soins, la FIQ a dénoncé la proposition d’augmenter les salaires de 5% sur trois ans. Elle juge ce montant nettement insuffisant. 

Les deux syndicats déplorent aussi l’instabilité des équipes, les heures supplémentaires obligatoires et les ratios trop bas concernant le nombre d’employés par patients. 

La FIQ représente 76 000 infirmières, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques, tandis que l'APTS regroupe 55 000 professionnels et techniciens qui offrent une foule de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d'intervention psychosociale, de soutien clinique et de prévention. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.