/opinion/columnists
Navigation

L’État caché sous notre lit

Coup d'oeil sur cet article

Je soulignais hier à quel point l’État est omni-présent dans nos vies.  

On nous dit qui voir, quand, comment, où aller et ne pas aller, quels sports pratiquer et quelles activités éviter, etc.   

Bref, c’est le règne du gouvernemaman, ou ce que certains appellent l’État nounou.   

Mais je ne pensais pas que la situation irait si loin.  

En effet, c’est rendu que l’État nous dit comment prendre notre pied !  

JOUER EN SOLITAIRE  

Vous vous rappelez lorsque Pierre Elliott Trudeau disait que l’État n’avait pas d’affaire dans notre chambre à coucher ?  

Eh bien, les temps ont bien changé.  

Aujourd’hui, tout juste si l’État ne se cache pas sous notre lit pour vérifier si on respecte ses consignes quand on fait la bagatelle !  

En effet, sur son site officiel, le gouvernement du Québec nous encourage à nous masturber !  

Pas de farce...  

Sur la page « COVID-19 et contacts sexuels : conseils et mesures préventives », notre gouvernement écrit ceci :  

« En contexte de confinement, vous êtes votre partenaire sexuel le plus sécuritaire. La masturbation, les rencontres téléphoniques et virtuelles ne répandront pas la COVID-19. »  

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Bref, on n’est jamais si bien servi que par soi-même !  

Au lieu de vous envoyer en l’air avec n’importe qui, si vous êtes célibataire, prenez-vous en main !  

Comme disait Woody Allen : « Ne dites pas de mal de la masturbation, c’est la seule fois où je fais l’amour avec quelqu’un que j’aime vraiment ».  

On est rendu là, les amis !  

Le gouvernement nous dit comment jouir !  

C’est quoi la suite ? On va devoir envoyer la photo de notre douce moitié à un fonctionnaire dûment qualifié pour voir si l’État permet notre union ?  

Quand j’étais enfant, j’avais peur que des monstres se cachent dans ma garde-robe. Aujourd’hui, j’ai peur que des fonctionnaires se cachent dans mon panier à linge sale.  

FAUX, FAUX ET FAUX  

Je sais que nous vivons à une époque hyper narcissique, mais... vous êtes bien sûr, Madame la minis-tre de la Santé, que je suis le meilleur partenaire sexuel que je pourrais trouver ?  

Permettez-moi d’avoir des doutes.  

D’abord, je suis hétérosexuel, et les hommes barbus ne me font pas triper plus que ça.   

Et puis, ça fait 59 ans que je vis avec moi-même. J’ai fait le tour du jardin, comme on dit. Entre moi et moi, l’habitude s’est installée. Les flammes du début ont cédé la place à une grande tendresse. Je sais exactement comment ça va commencer et comment ça va finir.   

Où est l’aventure ?   

Mais bon, si le gouvernement le dit, ça doit être vrai, non ?   

Peut-être qu’avec une perruque...  

Pendant que l’État me dit de m’occuper moi-même de mes affaires, la ministre de la Santé, Danielle McCann, de passage à la grand-messe du dimanche, a dit que le gouvernement a interdit « assez rapidement » les déplacements d’employés à temps partiel d’un CHSLD à un autre.  

Ah oui ?  

Ce n’est absolument pas ce que disent les gens sur le terrain.  

Comme un médecin l’a écrit sur Twitter, hier, il y a encore des préposés et des médecins qui se déplacent d’un établissement à un autre.  

Je veux bien m’amuser avec moi-même.  

Mais je déteste qu’on m’entube. 

  • ÉCOUTEZ Sylvie Lavallée, sexologue et psychothérapeute sur QUB radio: