/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Un dixième vaccin passe aux essais sur les humains

La course mondiale pour la découverte d’un remède s’accélère

Coup d'oeil sur cet article

La course au vaccin ne ralentit pas : aux États-Unis, un laboratoire devient le dixième au monde à entamer les tests sur les humains pour évaluer l’efficacité et l’innocuité d’un vaccin potentiel contre la COVID-19.

La compagnie de biotechnologie Novavax, basée au Maryland, a commencé les essais cliniques de son candidat vaccin. Celui-ci a été injecté aux premiers volontaires lundi, en Australie, où vont se dérouler les tests.

En tout, 130 participants en bonne santé, âgés de 18 à 59 ans, vont participer à cette étude de phase 1 dans les villes de Melbourne et de Brisbane.

Certains recevront un placebo tandis que d’autres recevront la véritable substance, l’objectif étant de vérifier si ce vaccin provoque une réponse immunitaire de l’organisme et, surtout, s’il est sécuritaire.

La firme espère dévoiler en juillet si cette première expérimentation est concluante, ce qui lui permettrait de passer rapidement à la phase 2 de l’évaluation clinique, au cours de laquelle des centaines de participants seraient mis à contribution.

Bientôt en production

Les tests précliniques sur les animaux ont généré « de hauts niveaux d’anticorps neutralisants », s’est réjouie l’entreprise, qui évoque même une disponibilité de son vaccin avant la fin de l’année, si tout se passe comme prévu.

On sait cependant que les animaux ne réagissent pas toujours de la même façon face à un agent infectieux ou un vaccin, d’où la nécessité de mener ensuite des essais sur les humains.

Cela n’empêche pas Novavax d’afficher beaucoup d’optimisme. La compagnie veut commencer à produire son vaccin avant même la fin des tests pour être prête à le distribuer dans l’éventualité où il serait homologué par les autorités.

« Nous produisons en parallèle des doses en anticipant que nous pourrons montrer qu’il fonctionne et pouvoir commencer à le déployer d’ici la fin de cette année », a déclaré le Dr Gregory Glenn, chercheur en chef de la compagnie, dans une conférence de presse virtuelle, selon ce qu’a rapporté l’Associated Press.

En s’appuyant sur une subvention de 388 millions $ d’une fondation internationale, Novavax affirme être en mesure de fabriquer 100 millions de doses du vaccin avant la fin de 2020 et un milliard de doses en 2021, selon CNN.

Trois phases

Le développement d’un nouveau vaccin comprend trois phases d’essais sur les humains et prend généralement de cinq à dix ans, mais devant l’urgence de trouver un remède contre le nouveau coronavirus, des experts pensent qu’il serait possible d’y arriver en seulement 12 à 18 mois dans le cas de la COVID-19.

Chez nous, à Québec, les entreprises IMV et Medicago sont aussi entrées dans la course et espèrent commencer à tester leur propre vaccin sur les humains dès cet été.

— Avec la collaboration de l’Agence QMI

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.