/finance/business
Navigation

Pourquoi la Caisse a-t-elle racheté la part de Guy Laliberté en février ?

Le richissime homme d’affaires a vendu ses actions juste avant la débâcle

Coup d'oeil sur cet article

Le Cirque du Soleil était déjà affecté par la pandémie quand son fondateur, Guy Laliberté, a vendu en février ses dernières actions à la Caisse de dépôt et placement du Québec, un timing presque parfait qui fait sourciller un expert.  

• À lire aussi: Québec allonge 200 M$ US pour garder le Cirque du Soleil au Québec   

• À lire aussi: Québecor toujours dans la course pour faire revivre le Cirque du Soleil  

• À lire aussi: Le cirque de Fitzgibbon  

Robert Pouliot, cofondateur de la Coalition pour la protection des investisseurs et expert en gouvernance d’entreprise, s’explique mal comment le bas de laine des Québécois a pu accepter de payer le plein prix pour un intérêt de 10 % de Laliberté dans le Cirque, quelques semaines à peine avant son effondrement.      

La revue Forbes classait Guy Laliberté au rang des milliardaires en 2019.       

Robert Pouliot.
Expert en
gouvernance
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Robert Pouliot. Expert en gouvernance

«La Caisse avait tous les droits d’abandonner la transaction», dénonce-t-il. Robert Pouliot fait valoir qu’entre le moment où les négociations ont commencé et où la vente s’est conclue, le contexte avait complètement changé.      

Numéro d’équilibriste  

Un examen minutieux de la séquence des événements (voir chronologie) montre qu’il était littéralement minuit moins une quand Laliberté a encaissé sa mise. Ce dernier a révélé la semaine dernière à l’émission Tout le monde en parle qu’il avait négocié durant l’automne la vente de ses actions à la Caisse.       

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:  

Or, les premiers signes de la pandémie se sont manifestés dès décembre en Chine. En janvier, le Cirque était contraint d’annuler ses spectacles à Hangzhou, en Chine, un marché crucial pour sa croissance.      

Quand la transaction s’est finalement conclue, en février, c’était sur la base de calculs faits avant la pandémie. Ni la Caisse ni Guy Laliberté n’ont pourtant revu les termes de la transaction.      

Termes secrets  

Ce qui enrage le plus Robert Pouliot, c’est le fait qu’on ne sait à peu près rien sur cette transaction. Combien la Caisse a-t-elle payé ? Pourquoi Guy Laliberté a-t-il voulu vendre ? Qui a amorcé les discussions ? Qui savait quoi et à quel moment ?      

Le communiqué de la Caisse de février sur la transaction ne donne aucun détail à ce sujet. Il se borne à citer le nouveau PDG Charles Émond (en poste depuis deux semaines) qui se réjouit de « renforcer » la présence de la Caisse dans l’actionnariat du Cirque.       

Incompréhension   

« C’est à la Caisse qu’il faudrait demander pourquoi elle a racheté la part de Guy », nous a écrit Anne Dongois, de Lune Rouge, en réponse à une question.       

« Demandez à Guy Laliberté s’il est prêt à racheter le Cirque au prix où il l’a vendu. C’est un bon test, ça », dit Robert Pouliot. Anne Dongois n’a toutefois pas répondu à cette question transmise hier.     

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, à QUB Radio:    

« Je ne comprends pas pourquoi la Caisse est rentrée là-dedans », réitère Robert Pouliot. Il estime qu’il était très mal avisé pour la Caisse de retirer son intérêt à celui qui a été l’âme dirigeante du Cirque pendant des décennies.      

« Il n’est pas dans les habitudes de la Caisse de commenter des conversations privées qui précèdent une transaction », nous a écrit la Caisse, nous référant à son tour à Guy Laliberté.      

DES QUESTIONS SANS RÉPONSES            

  • Combien la Caisse a-t-elle payé pour les actions de Guy Laliberté ?      
  • Pourquoi Guy Laliberté voulait-il vendre ?      
  • Pourquoi la pandémie n’a-t-elle pas été prise en compte dans le prix des actions ?      
  • Qui a amorcé les premières discussions ?      
  • Pourquoi la Caisse n’a-t-elle pas tenté de retenir Guy Laliberté, l’élément le plus créatif du Cirque ?            

UN TIMING INCROYABLE      

Les spectacles en Chine du  Cirque du Soleil ont été annulés dès janvier.
Photo courtoisie
Les spectacles en Chine du Cirque du Soleil ont été annulés dès janvier.
  • Automne 2019 : Guy Laliberté négocie la vente d’une part de 10 % dans le Cirque à la Caisse de dépôt       
  • 12 novembre 2019 : Michael Sabia annonce qu’il quitte la Caisse plus tôt que prévu       
  • 23 janvier 2020 : le Cirque du Soleil annule tous ses spectacles en Chine en raison d’un « nouveau coronavirus »      
  • 29 janvier 2020 : Charles Émond est nommé PDG de la Caisse de dépôt      
  • 14 février 2020 : la Caisse achète les derniers 10 % du Cirque que Guy Laliberté détenait encore      
  • 10 mars 2020 : le Cirque annule plusieurs spectacles en Europe       
  • 14 mars 2020 : le Cirque annule ses spectacles à Las Vegas en raison de la pandémie      
  • 26 mars 2020 : le Cirque envisage de déclarer faillite