/finance/business
Navigation

Des artistes du Cirque du Soleil réclament des soldes impayés

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Tandis que le Cirque du Soleil vient d’encaisser une aide financière de 200 millions $ de la part du gouvernement du Québec, les artisans contractuels de l’entreprise montent au front pour réclamer leur dû.

• À lire aussi: Cirque du Soleil: Legault n’a pas l’appui de la population selon Bérubé

• À lire aussi: Comment le Cirque s’est endetté d’un milliard $ US en cinq ans

• À lire aussi: Aucune garantie de revoir les 200 M$ US allongés par Québec

Selon Gabriel Dubé-Dupuis, porte-parole du Regroupement des artisans des arts du cirque, le Cirque du Soleil doit 1 115 000 $ aux 90 membres formant ce groupe.

Le regroupement qui représente des metteurs en scène, des chorégraphes, des compositeurs et des éclairagistes, entre autres, réclame ainsi leur salaire pour le travail effectué de janvier à mars pour des productions en développement.

«Le Cirque a suspendu tous ces paiements au début mars. Nous, on a été avisés vers la fin mars, début avril. À ce moment-là, moi j’ai rejoint d’autres directeurs de création pour pouvoir essayer de comprendre ce qui se passait un peu et la gravité aussi, et qui était affecté», a expliqué M. Dubé-Dupuis, jeudi soir, à LCN.

De fil en aiguille, ce dernier a découvert que des créateurs de son équipe n’allaient pas être payés. Il a été contraint de les informer lui-même.

Gabriel Dubé-Dupuis craint les répercussions à long terme sur le lien de confiance qu’il a bâti avec son équipe.

«Si tout d’un coup moi je me rends compte qu’on ne les paie pas, bien la confiance se rompt et je suis incapable après ça pour de futurs contrats de dire à mes créateurs: «oui oui, inquiétez-vous pas, avec moi vous êtes en santé, vous êtes en sécurité»», a-t-il dit.

Deux fois plutôt qu’une – avant et après l’octroi des 200 millions $ –, le groupe a envoyé une lettre au ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, demandant qu’une partie de l’argent soit utilisé pour rembourser les travailleurs. M Dubé-Dupuis attend toujours une réponse.

«Dans mon cas à moi, c’est un salaire qui permet de payer mon loyer, de manger et d’assurer ma propre sécurité financière. Présentement, moi personnellement, je suis à risque financier», a-t-il admis.