/news/education
Navigation

L’Université Laval confiante de pouvoir accueillir 30% d’étudiants sur le campus

Une nouvelle formule sera aussi mise sur pied pour les activités d’accueil et d’intégration

Coup d'oeil sur cet article

La rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, se dit confiante de pouvoir accueillir au moins 30% d’étudiants sur le campus l’automne prochain grâce à l’augmentation des cours offerts à la fois en classe et à distance. 

• À lire aussi: [EN DIRECT 27 MAI] Tous les développements de la pandémie  

Une nouvelle formule pour les activités d’accueil et d’intégration des nouveaux étudiants sera aussi mise sur pied. 

Mme D’Amours accueille favorablement les scénarios déposés par Québec mardi, qui demande aux cégeps et universités de se préparer à accueillir au moins 30% des étudiants pour la session d’automne.  

«Cette idée que les étudiants puissent revenir sur le campus, on l’espère et on travaille dans cette optique-là. (...) On va respecter pleinement les directives de la santé publique et je suis pas mal convaincue qu’on va pouvoir, je l’espère si les conditions sont favorables, rencontrer les objectifs qui sont annoncés», a-t-elle affirmé lors d’un entretien avec Le Journal. 

«On est bien conscient qu’il y aura une offre importante qui se fera à distance, mais l’un n’empêche pas l’autre. Dépendamment de la situation, on a les outils pour faire en sorte que les cours se donnent à la fois en présentiel et à distance. (...)_Tous nos cours qui sont prévus dans des formes hybrides pourront plus facilement réintégrer des étudiants en offrant les deux en même temps», a-t-elle ajouté. 

Des «investissements importants» ont été consentis au cours des dernières semaines afin de pouvoir doubler l’offre de cours offerts en formule hybride cet automne. Présentement, une trentaine de classes sont dotés d’équipement permettant la diffusion des cours en ligne, en direct. 

L’Université Laval prévoit aussi offrir tous les services aux étudiants cet automne, en tenant compte des nouvelles mesures sanitaires. 

Par ailleurs, Mme D’Amours affirme que rien n’indique pour l’instant que les étudiants seront moins nombreux sur le campus cet automne, «au contraire», puisqu’une augmentation des inscriptions pour la session d’été a plutôt été constatée. 

Accueil et intégration 

L’établissement travaillera aussi au cours des prochains mois à développer une nouvelle formule entourant les activités d’accueil et d’intégration, qui permettent habituellement aux nouveaux étudiants de faire connaissance avec leurs camarades de classe en début de session. 

Des activités auront lieu mais devront être revues, selon le contexte. «On peut difficilement imaginer le show de la rentrée comme il était avant. Mais on va travailler à apporter d’autres propositions et on va le faire avec les étudiants», affirme Mme D’Amours. 

Des rencontres en petits groupes pourraient avoir lieu et un système de jumelage avec d’autres étudiants pourrait aussi être encouragé, évoque la rectrice. 

Du côté de la CADEUL, son président Keven Imbeault se dit convaincu que les associations étudiantes sauront organiser des activités intéressantes pour la rentrée. 

Un guide sera produit afin de les aider à faire cette planification dans le respect des mesures sanitaires. 

La baisse des étudiants internationaux inquiète 

La rectrice D’Amours demeure «très préoccupée» par l’impact de la diminution des inscriptions des étudiants internationaux, ce qui entraîne des baisses de revenus importantes pour l’établissement. Même si Québec permettra que ces étudiants commencent leur formation à distance, les pertes demeurent importantes puisque l’Université Laval accueille bon an mal an environ 7000 étudiants, ce qui représente une proportion de 14%.   

Résidences étudiantes occupées à 50% 

L’Université Laval a obtenu le feu vert de la santé publique afin de viser un taux d’occupation de 50% dans ses résidences étudiantes l’automne prochain. Présentement, environ le tiers des étudiants qui habitaient les résidences au moment de la fermeture du campus à la mi-mars y logent toujours. Cette capacité d’accueil permettra de réponse aux besoins d’un plus grand nombre d’étudiants et de diminuer le manque à gagner généré par le haut taux d’inoccupation, se réjouit la rectrice. Depuis la mi-mars, les étudiants qui le pouvaient ont été invités à se trouver un autre logement. 

Des chantiers toujours sur les rails 

La pandémie ne compromet pas les projets de construction prévus sur le campus, comme celui des nouvelles résidences étudiantes et de l’Institut nordique, assure la rectrice D’Amours. «On a vraiment l’intention d’aller de l’avant avec ces projets, c’est important pour la région de Québec, ce sont des projets immobiliers significatifs. L’Université a toujours été un joueur important dans l’économie et on doit faire notre part dans la relance économique», affirme-t-elle. 


APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com