/sports/baseball
Navigation

Bonne nouvelle pour Leblanc

Il reçoit un salaire hebdomadaire des Rangers du Texas pendant la pandémie

Charles Leblanc
Photo Chantal Poirier Charles Leblanc garde la forme dans l’attente de reprendre la route de l’Arizona.

Coup d'oeil sur cet article

À travers l’incertitude d’un retour au jeu, le joueur de baseball québécois Charles Leblanc a appris une bonne nouvelle dans les dernières heures. Il continuera d’être payé sur une base hebdomadaire par les Rangers du Texas après le 31 mai. 

Selon un réseau de télévision d’Arlington, les joueurs des ligues mineures, comme Leblanc, recevront la somme de 400 $ US toutes les semaines jusqu’à la fin de la crise. 

« On n’a pas encore reçu la confirmation des Rangers, a souligné Leblanc lors d’une entrevue téléphonique. Par contre, on devrait en apprendre plus lors de notre vidéoconférence de lundi. 

« Pour moi, ça ne changera pas ma situation. J’ai la chance de demeurer chez mes parents et de ne pas payer de loyer. Tout ce que j’ai à payer, c’est de l’épicerie et mes dépenses personnelles. »

Coup de pouce des Associés

Au début de la pandémie, Leblanc cherchait des façons de pouvoir faire des entraînements au bâton. Il a trouvé une solution grâce à l’organisation des Associés de Laval. 

« Ils m’ont prêté une cage des frappeurs amovible et un lance-balle, a expliqué le joueur de deuxième-but. J’en suis très reconnaissant. C’est très apprécié. »

Il pourra donc avoir des entraînements complets plusieurs fois par semaine avant de reprendre le chemin de l’Arizona pendant la saison estivale.

Leblanc a frappé un mur mental il y a deux semaines. 

« J’avais un peu perdu ma motivation. C’est difficile parce qu’on ne sait pas quand ça va recommencer, a confirmé le Lavallois. J’ai eu besoin d’un bon coup de pied aux fesses et c’est mon père qui me l’a donné. 

« Il m’a aidé en me gardant actif et il m’a accompagné dans mes entraînements. Il fut d’une aide précieuse. »

Il a vécu une autre sorte de stress dans les derniers jours. Près de 1000 joueurs des ligues mineures ont été libérés, dont son bon ami Alex Kowalczyk. 

« C’est là que tu te rends compte que c’est une business, a-t-il ajouté. Pour ma part, je tente de ne pas penser à ce type de scénario pour éviter de me créer des scénarios qui sont hypothétiques. »