/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les gros malaises

Martin Matte
Photo capture d’écran YouTube

Coup d'oeil sur cet article

Faire des pubs, aujourd’hui, ce n’est pas une mince affaire. Vous avez de grosses chances de créer une controverse.

Mais j’ai un gros malaise avec le fait que le lobby de «Ceux qui voient de la grossophobie partout» a fait annuler une pub de Maxi, mettant en vedette Martin Matte.

Misère, on a tous pris du poids pendant le confinement! On a tous mangé nos émotions! On a tous fait du pain à cause de Ricardo! On a tous trop bu!

Et on n’a pas le droit de faire des blagues là-dessus sans se faire lancer des tomates?

MOI JE MANGE!

Pourquoi je vous parle de tomates? Parce que dans cette pub, très, très, très drôle, que j’ai visionnée hier matin, on voyait Matte raconter qu’il trempait ses tomates Savoura dans la crème glacée Coaticook, une façon rigolote, coquine, astucieuse, tordante, bidonnante, marrante, divertissante, réjouissante, de vanter la diversité des produits locaux.

Dès que j’ai vu la pub de Maxi, je me suis dit dans mon for intérieur : «Regarde bien ça, toi, s’il ne se fait pas reprocher de se moquer des ‘‘personnes enveloppées’’».

Je savais, rien qu’à voir Matte au visage gonflé et engoncé dans un costume qui le faisait ressembler à un lutteur de sumo japonais, que quelqu’un, quelque part allait être offensé. Parce qu’on est en 2020.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Il n’y a plus de place pour la légèreté, plus de place pour l’ironie, plus de place pour le deuxième degré.

Souvenez-vous de cette pub d’une agence immobilière, avec sa petite chanson : «Ta famille vit de grands changements, on pense au déménagement, depuis que ton papa est devenu une maman».

On ne se moquait pas des transgenres, on ne méprisait pas les transgenres, on faisait juste PARLER des transgenres. Mais pour la communauté transgenre, ça n’a pas passé. Genre.

Il me semble que quand Martin Matte raconte qu’il mélange «de la salade d’épinards, des cretons et des Passion Flakie», tout le monde comprend que c’est une CARICATURE.

Selon Anorexie et Boulimie Québec, «cette publicité pourrait avoir un impact sur la détresse psychologique, la honte et la culpabilité en raison des messages véhiculés».

Wooooo les moteurs! À aucun moment dans cette pub on ne dit que c’est laid, vilain ou dégueulasse d’avoir pris du poids!

On résume : il y a 8 millions 485 000 Québécois. Il y en a 8 millions 484 000 qui ont pris du poids pendant la pandémie et sont capables d’en rire. Et à cause de quelques militants froissés, une pub hyper rigolote est censurée.

Et vous me dites qu’on ne doit pas parler d’une tyrannie de la minorité? Vous voulez rire?

SWING LA BAQUAISE

Sur un site internet de milléniaux, une jeune femme décrivait ainsi sa réaction à la pub : «J’ai ressenti de la honte, de l’anxiété et ça m’a fortement triggered».

Mais on passe notre temps à être «triggered», c’est-à-dire à voir des choses qui déclenchent chez nous un souvenir, une réaction émotive. Ça s’appelle la vie.

Bon, je vous laisse, toute cette histoire m’a déprimée. Je vais aller tremper des tomates Savoura dans de la crème glacée Coaticook. À la vanille. La meilleure.