/24m/food
Navigation

Montréal: un potager livré à sa porte

Montréal: un potager livré à sa porte
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Deux jeunes Montréalais ont eu l'idée de confectionner et de livrer des boîtes contenant tout ce qu'il faut pour démarrer son premier potager en pots. 

Les Boîtes Mai proposent à partir de leur site internet la livraison d’ensembles «prêts à jardiner» pour cultiver des légumes, des fines herbes ou encore un combiné des deux à travers la région métropolitaine. Un pot de culture en géotextile, des fertilisants, un tapis de protection et de la terre accompagnent les semences.

Un guide de jardinage précise également la marche à suivre jusqu’à la récolte. «C’est vraiment fait pour que quelqu’un qui n’en a jamais fait puisse avoir un potager qui fonctionne», souligne le cofondateur William Des Marais.

Folie des semences

Le projet de William Des Marais et de son acolyte, Louise Foglia, a germé au beau milieu de la pandémie.

«Au début du mois d’avril, on a vu un peu la folie des semences dans les commerces et les pépinières», souligne-t-il.

L’intérêt pour se créer un potager semblait croissant chez les citoyens confinés. Ce dernier n’a d’ailleurs pas échappé à la tendance et a aménagé son premier potager durant cette période.

«Je me suis dit en le faisant que c’est quand même complexe pour quelqu’un qui n’en a jamais fait. Comment on fait pour simplifier au maximum ce processus-là pour que les gens puissent s’initier?» s'est demandé M. Des Marais.

Seulement trois semaines se sont écoulées entre le moment où ils ont eu l'idée de faire des boîtes de «prêt à jardiner» et ses premières commandes.

600 nouveaux potagers

Les deux étudiants ont rapidement vu le nombre de commandes augmenter. Ils sont maintenant une dizaine à mettre la main à la pâte pour répondre à la demande.

«Au début, on avait quelques commandes. Maintenant, on a environ 200 à 300 commandes par semaine. Il faut vraiment s'adapter», se réjouit M. Des Marais.

À ce jour, environ 600 nouveaux potagers ont vu le jour avec les Boîtes Mai. «À travers tout ça, ce sont les questions de la souveraineté alimentaire et de l’agriculture urbaine qui nous intéressent beaucoup», ajoute-t-il.

Pour plus d'informations, on peut visiter https://maiboite.co.