/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Des Québécois prêts à partir en voyage

Des Québécois prêts à partir en voyage
Photo Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

DORVAL – Aérogare vide, boutiques fermées, taxis difficiles à trouver: l'aéroport Montréal-Trudeau ressemblait presque à celui de Mirabel, samedi, mais la situation s'apprête à changer.

Des Québécois prêts à partir en voyage
Photo Joël Lemay

Avec la réouverture progressive de plusieurs aéroports à travers le monde, des Québécois pourraient être tentés de partir à l'étranger, même si la COVID-19 reste une source de préoccupation dans bon nombre de pays.

• À lire aussi: Plus de 6 millions de cas confirmés dans le monde

Chose certaine, l'intérêt est là. Dans les derniers jours, le nombre de recherches pour des voyages a triplé sur le site de CAA-Québec.

«La plupart regardent pour plus tard, mais il y a des gens pour qui voyager est une seconde nature et qui sont prêts à acheter tout de suite», a observé Pierre-Olivier Fortin, porte-parole de CAA-Québec.

Des Québécois prêts à partir en voyage
Photo Joël Lemay

Un pensez-y-bien

Pourtant, partir en voyage à l’étranger reste fortement déconseillé, même si les prix pour certaines destinations sont très alléchants actuellement.

«Par exemple, la frontière entre les États-Unis et le Canada devrait rouvrir le 21 juin, mais ça fait plusieurs fois que cette date est reportée. Si elle est à nouveau reportée pour une date après votre réservation, vous ne serez pas dédommagé par votre assureur», a expliqué M. Fortin.

Les assurances peuvent aussi poser problème si vous attrapez le coronavirus à l’étranger. Selon CAA, tant qu’Affaires mondiales Canada continuera de pourfendre les déplacements non essentiels à l’extérieur du pays, on ne remboursera pas les frais médicaux pour cette maladie.

D’ailleurs, il est important de se référer aux avis gouvernementaux avant de partir.«Dans votre pays de destination, ça se peut que vous soyez obligé de faire 14 jours de quarantaine dans votre chambre d’hôtel. Et si rien ne change ici, quand vous revenez, vous devez encore faire 14 jours de quarantaine. Vous ne pouvez pas retourner au travail tout de suite. Alors vous devez vous demander si ça vaut vraiment la peine», a illustré Pierre-Olivier Fortin.

Voir du pays

Face à ces nombreuses embuches, CAA constate que les globe-trotters québécois se tournent surtout vers des destinations inter-Canada pour le moment.

C’est le cas de William Durham, croisé samedi après-midi à Montréal-Trudeau alors qu’il partait rejoindre son cousin en Colombie-Britannique.

Des Québécois prêts à partir en voyage
Photo Joël Lemay

«C’est mon voyage pour fêter la fin de mes études. S’il n’y avait pas eu la COVID, je serais peut-être partie à Londres. L’Ouest, c’est le même pays, je me sens plus en sécurité», a confié celui qui devra porter un masque tout au long du trajet, conformément à la politique d’Air Canada.

Semblant de normalité

Parlant du plus gros transporteur au pays, il a annoncé cette semaine la reprise dès lundi de plusieurs liaisons internationales, qui avaient dû être mises de côté à cause de la crise.

Des Québécois prêts à partir en voyage
Photo Joël Lemay

Bref, malgré toutes les mises en garde, il y aura forcément un peu plus de voyageurs à Montréal-Trudeau cet été.

La réouverture prévue de la frontière canadienne aux Américains, le 21 juin, et aux autres étrangers, le 30 juin, devrait aussi amener quelques touristes à Montréal.

«On va quand même être loin d’un retour à la normale pour l’achalandage. C’est difficile à dire quand ce sera le cas», a commenté Anne-Sophie Hamel, porte-parole d’Aéroports de Montréal (ADM).

Des Québécois prêts à partir en voyage
Photo Joël Lemay

ADM va dévoiler un plan dans les prochains jours afin de s’assurer que les mesures sanitaires continuent d’être respectées, même avec une affluence plus grande.

Tourisme pendant la crise

Pour l’heure, environ 60 avions partent et arrivent à Dorval chaque jour, soit 10 fois moins qu’à l’habitude.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, tout au long de la crise, des touristes ont essayé d’en profiter pour entrer au pays.

Entre le 22 mars et le 14 mai, quelque 480 personnes ont été refoulées à leur arrivée dans l’un des aéroports du pays, selon des chiffres de l’Agence des services frontaliers du Canada.

Des Québécois prêts à partir en voyage
Photo Joël Lemay

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.