/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Plus de 6 millions de cas confirmés dans le monde

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Plus de six millions de cas de nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde, dont les deux tiers en Europe et aux États-Unis, au moment même où le déconfinement se poursuit, de Paris à New Delhi. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

La pandémie a fait au moins 366 848 morts sur la planète, dont près de la moitié (177 595) sur le continent européen, où environ deux millions de personnes atteintes par la Covid-19 ont été recensées.

Et si les États-Unis demeurent le pays comptant le plus grand nombre de cas (1 760 740) et de décès (103 472), c’est désormais en Amérique latine — notamment au Brésil — que le virus progresse le plus rapidement, avec quelque 45 000 contaminations supplémentaires ces dernières 24 h, soit un total de près d’un million dont 50 000 ont été mortelles.

Dans ce contexte, l’Union européenne a appelé samedi Washington à reconsidérer sa décision de rompre avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), appelant à la solidarité face à la progression du nouveau coronavirus.

Vendredi, le président américain Donald Trump a en effet mis à exécution sa menace, accusant l’OMS de complaisance avec la Chine, où la Covid-19 est apparu en décembre.

• À lire aussi: Le retrait américain plombe les maigres finances de l'OMS

Les terrasses de cafés à Paris

Dans le même temps, avec l’amélioration de la situation sanitaire en Europe, les restrictions imposées continuent d’y être levées.

L’Italie a rouvert au public samedi la tour de Pise et les centres commerciaux sont redevenus accessibles dans la capitale ukrainienne Kiev.

Parallèlement, en France, la population a pu renouer avec ses parcs et ses jardins après plus deux mois de fermeture.

« Rouvrir les parcs [...], c’est vraiment le symbole de la liberté retrouvée », s’est exclamée Cécile Roperh, 54 ans, en promenant son chien dans le parc parisien des Buttes-Chaumont.

Seules autorisées à rouvrir le 2 juin à Paris avec la deuxième étape du déconfinement, les terrasses des cafés, bars et restaurants pourront quant à elles occuper gratuitement une partie de l’espace public.

Le gouvernement britannique a de son côté autorisé la reprise à huis clos le 1er juin des compétitions sportives, tandis qu’en Espagne, les clubs du championnat de football pourront également lundi se remettre à l’entraînement collectif « total », dernière étape avant le redémarrage de la compétition le 11 juin, et qu’en Autriche, un Grand Prix de Formule 1 pourra avoir lieu à Spielberg (centre) les 5 et 12 juillet.

La Grèce va pour sa part autoriser des vols en provenance de davantage de pays de l’UE, dont la France, à partir du 15 juin.

Les passagers de ces avions ne seront pas soumis à des mesures strictes de quarantaine, à l’exception de ceux arrivant des régions les plus touchées par la Covid-19 dans ces États européens.

L’Espagne pourrait aussi permettre le retour des touristes allemands, français ou scandinaves dès la deuxième quinzaine du mois de juin dans le cadre d’un projet « pilote » dans les archipels des Baléares et des Canaries.

Critiques au Royaume-Uni

Mais si ces annonces se multiplient en Europe, pagaille et déception sont parfois au rendez-vous, comme à la frontière entre la France et la Belgique, les Belges ne pouvant toujours pas la franchir.

« À la télévision, nous avons vu le ministre belge dire que les visites étaient autorisées, ainsi que les courses. On est fort surpris, cela paraît injuste, il n’y a pas de coordination en Europe », a déploré une quinquagénaire refoulée du territoire français.

En Macédoine du Nord, le président Stevo Pendarovski a prolongé samedi de deux semaines l’état d’urgence après une augmentation du nombre des morts et des nouveaux cas, cependant qu’au Royaume-Uni, beaucoup d’experts et de membres de l’opposition ont jugé samedi « prématurée » la décision du gouvernement de passer lundi à la phase suivante du déconfinement, la Covid-19 continuant de sévir.

Et à Rome, quelque 200 personnes, dont certaines se réclamaient ouvertement de l’extrême droite, ont manifesté en fin de matinée pour dénoncer le gouvernement au cri de « liberté ! »

« Tout sera différent »

En Asie, l’Inde a annoncé samedi un assouplissement du confinement : à compter du 8 juin, édifices religieux, hôtels, restaurants et centres commerciaux pourront rouvrir, en dépit d’un nouveau record quotidien de contaminations dans ce pays (175 000 dont 5 000 mortelles).

Face au risque de contamination, la chancelière allemande Angela Merkel refuse de se rendre en personne à un sommet du G7 aux États-Unis en juin, comme l’a proposé Donald Trump.

Le président français Emmanuel Macron est quant à lui « disponible » pour y aller, mais souhaite dans ce cas « la présence de tous ».

Son homologue américain souhaitait faire de cette réunion en chair et en os un symbole de normalisation, alors même que la pandémie continue de plonger l’économie mondiale dans la crise.

En Californie, le chômage, quasi inexistant avant la pandémie, frappe désormais 24 % des 40 millions d’habitants.

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Italie a chuté de 5,3 % au premier trimestre par rapport au précédent, de même que celui de la France, qui entre en récession.

L’économie canadienne s’est contractée de 8,2 % en rythme annuel au premier trimestre, la chute la plus brutale depuis début 2009.

En Inde, le PIB a connu au 1er trimestre sa croissance la plus faible en 20 ans, tandis que celui du Brésil s’est contracté de 1,5 % par rapport au trimestre précédent.

En Espagne, la crise a aggravé la pauvreté et fait exploser la demande d’aide alimentaire, poussant le gouvernement à approuver la création d’un revenu minimum vital.

« Lorsque nous sortirons de cette pandémie, nous ne pourrons pas continuer à faire ce que nous faisions et comme nous le faisions. Non, tout sera différent », a à cet égard déclaré le pape François, dans un message vidéo à l’occasion de la fête de la Pentecôte.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.