/sports/huntfish
Navigation

Stratégies alternatives

Campeau
Photos courtoisie Vous trouverez, dans ce texte, plusieurs pistes et solutions pour vous aider à déjouer des mouchetées et des dorés, et ce, même lorsque les conditions semblent difficiles.

Coup d'oeil sur cet article

Quand les poissons ne mordent pas, vous sentez-vous à l’aise de sortir de votre zone de confort et d’opter pour d’autres approches ?

Lorsque les espèces visées sont actives, elles attaquent habituellement nos offrandes sans faire trop de chichi. Dans bien des cas, même si la présentation est légèrement bâclée ou grossière, les prédateurs l’interceptent la gueule grande ouverte. S’ils sont d’humeur changeante, on doit raffiner nos techniques, sans quoi, on risque de revenir bredouille. Puis, quand les poissons ciblés sont amorphes ou
boudeurs, il faut vraiment faire preuve d’astuce et de finesse pour réussir à les faire réagir.

À la base

Certains pêcheurs croient à tort que les prédateurs s’élancent uniquement sur leurs offrandes quand ils ont faim et qu’ils souhaitent se bourrer la panse. Sachez qu’ils se ruent aussi sur vos leurres pour protéger jalousement leur territoire ou pour prouver leur supériorité quand ils se sentent provoqués. Dans certaines situations, où l’on retrouve plusieurs congénères chassant ensemble, il semble s’installer une certaine compétition entre les spécimens. C’est souvent le cas pour les dorés. Certains d’entre eux devront alors forcément prendre des chances et être audacieux afin de passer au-devant des autres membres du groupe afin de capturer leur gueuleton. Finalement, au printemps, il y a les achigans qui défendront corps et âme leur nid afin d’éviter qu’un intrus vienne dévorer leur progéniture.

Omble de fontaine

La truite mouchetée est l’espèce la plus populaire de la belle province. Le montage le plus prisé des adeptes est sans contredit composé d’une cuillère métallique, d’un bas de ligne et d’un ver de terre. Pour certains, il n’existe aucune autre approche viable ou pouvant générer d’aussi bons résultats. C’est vrai que cette présentation a fait ses preuves à des millions de reprises depuis les dernières décennies. Qu’arrive-t-il toutefois quand cela ne fonctionne pas de la sorte ? Est-ce que ça veut dire qu’il n’y a aucun autre moyen d’obtenir les réactions souhaitées ? La réponse est évidemment négative.

À l’occasion, une simple correction au niveau de la vitesse de récupération ou de la profondeur exploitée pourra corriger la situation. Si, en revanche, vous percevez que le poisson titille sans se faire attraper, vous devriez modifier la longueur du bas de ligne, la taille du fil ou de l’hameçon utilisé. Même si ces interactions démontrent un certain intérêt des ombles, il y a quelque chose qui freine leur élan.

La cuillère métallique génère des reflets et des vibrations qui attirent l’attention. Dans certains cas, le problème pourrait être la grosseur, la teinte de base, la couleur prédominante, etc. Il suffit à l’occasion d’expérimenter, d’essayer autre chose que nos modèles préférés. Les petits leurres souples, les mini poissons-nageurs, les mouches artificielles, etc., pourraient alors vous aider à obtenir les succès escomptés.

Doré

La deuxième espèce la plus convoitée est parfois incroyablement facile à attraper et, à d’autres occasions, très capricieuse.

Les migrations effectuées par ces percidés les poussent des eaux peu profondes, après les amours printaniers, vers les zones transitoires, les structures et les bas-fonds.

En début de saison, si vous avez effectué une vingtaine ou une trentaine de passes à la traîne avec un poisson-nageur sans avoir obtenu de morsure, il est temps d’opter pour un autre modèle, de couleur, de forme, de taille ou même d’actions différentes. Exploitez certaines strates d’eau peu profonde avant de vous aventurer vers les premiers escarpements en vous remémorant que la profondeur et la vitesse d’exécution sont souvent les deux facteurs responsables de votre réussite. 

La pêche à la dandinette avec un leurre souple vous aidera à les faire réagir tout le reste de l’année.
Choisissez les têtes plombées les plus légères possible qui vous permettront toutefois de parfaitement jigger à la verticale. Variez les amalgames de couleurs et de formes jusqu’à ce que vous découvriez ce qui leur plaît.

Le marcheur de fond combiné à un devon ou à un harnais à ver ou à sangsue représente un autre excellent moyen pour arriver à vos fins. La taille du lest et la longueur le séparant de l’offrande seront aussi des facteurs pouvant avoir une certaine incidence sur vos résultats.

Ne vous y aventurez pas 

Chez Hydro-Québec, on tient à rappeler aux pêcheurs qu’il y a un réel danger à s’approcher des installations hydroélectriques. « En 2018, près de nos aménagements de Pointe-des-Cascades, deux pêcheurs se sont noyés, explique le porte-parole Francis Labbé. Chaque année, des pêcheurs et embarcations s’aventurent à l’intérieur des périmètres de sécurité, que nous délimitons par des estacades. C’est une très mauvaise idée, parce que c’est très dangereux. En 2019, nous avons dû demander à environ 3000 personnes de s’éloigner de nos propriétés et de nos installations. Une dizaine de bateaux se sont vraiment aventurés trop près de l’aménagement de Carillon. Au cours des derniers jours, des pêcheurs ont contourné nos mesures de sécurité pour aller pêcher trop près de la centrale de Carillon. Les gens doivent comprendre que nous ne le faisons pas par plaisir : c’est très dangereux de s’approcher de nos installations, autant en amont qu’en aval », conclut Francis Labbé.